Un marché haussier affaibli?

08-12-2019
Un marché haussier affaibli?

Quelques facteurs pourraient le maintenir en vie un peu plus longtemps

 

Son parcours a été remarquable. Au 9 août, le marché haussier américain a duré 125 mois. Cela fait de lui le plus long marché haussier depuis la Grande Dépression, d'une marge considérable.

À New York, le S&P 500 a clôturé le 9 août à 2 918,65. Cela représente un gain de 332 % depuis le 9 mars 2009, lorsque l'indice à clôturé à 676, soit le nadir de l'effondrement financier qui a débuté en 2007. Malgré quelques embûches en cours de route, la tendance principale depuis lors est à la hausse.

(La fin d'un marché haussier est généralement définie par une correction de 20 % ou plus. Le S&P 500 s'en est approché, notamment en décembre dernier, mais n'a pas franchi ce seuil. Le marché haussier de la TSX s'est terminé en janvier 2016, avec une chute de 23 % par rapport à son niveau le plus haut en septembre 2014.)

Maintenant la question est; combien de temps encore le marché haussier de Wall Street peut-il continuer? Tous les marchés haussiers doivent prendre fin à un moment donné, et il existe déjà des signes de danger, y compris une courbe de rendement inversée, ce qui est souvent précurseur d'un déclin.

Mais si par hasard, certains événements surviennent, celui-là pourrait se poursuivre un peu plus longtemps. Voici cinq développements qui pourraient permettre une poursuite du marché haussier.

Une fin de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Lors de la dernière réunion du G-20, le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping ont convenu d'une trêve dans l'escalade de leur guerre commerciale. C'était un progrès modeste, mais non pas une solution aux problèmes profonds entre les deux pays qui frappent non seulement leurs économies, mais aussi le commerce mondial dans son entièreté.

Mais l'incertitude persistante continue de restreindre les marchés. La trêve semble avoir disparu du jour au lendemain, puisque Donald Trump a récemment déclenché des tarifs supplémentaires sur 300 milliards de dollars de biens chinois. Cela pourrait être une de ses tactiques de négociation. Un accord commercial global signé par les deux leaders lors d'un sommet plus tard cette année pourrait apporter un gros gain de confiance aux investisseurs et ainsi propulser les marchés.

De plus faibles taux d'intérêt. Après sa réunion du mois de juin, le Conseil de la Réserve fédérale américaine a indiqué qu'il adopterait une approche conciliante aux taux d'intérêt dans le futur. Et de fait, il a réduit son taux de référence de 25 points de base en juillet, laissant la porte ouverte à d'autres baisses à venir plus tard dans l'année.

En théorie, les baisses de taux devraient être une mauvaise nouvelle pour le marché boursier, puisqu'elles indiquent qu'un ralentissement économique est à l'horizon. Mais quelques économistes ont l'impression que la Fed a augmenté les taux trop rapidement au cours des deux dernières années, menaçant d'étouffer la croissance. C'est ainsi que le marché haussier de 1962-1966 s'est terminé, selon CNN Business.

En effectuant une baisse maintenant, la Fed éviterait la possibilité d'une crise de crédit, et encouragerait les entreprises à augmenter leurs placements.

Des bénéfices trimestriels positifs. La période de publication des résultats du deuxième trimestre est presque terminée. Selon FactSet, 75 % des sociétés du S&P 500 ont enregistré un BPA positif imprévu, et 57 % des sociétés ont enregistré des revenus positifs imprévus.

Mais la croissance des bénéfices fait de l'ombre. Jusqu'à présent, le déclin de l'ensemble des bénéfices pour le S&P 500 est de -0,7 %. Si cela devient le déclin réel du trimestre, cela marquera deux trimestres consécutifs de déclin en bénéfices sur douze mois depuis 2016. Les résultats du troisième trimestre confirmeront si le déclin de la croissance des bénéfices devient une tendance inquiétante.

Un accord en matière d'infrastructure. Durant sa campagne, le Président Donald Trump avait promis d'implémenter un programme de dépenses de 1 trillion de dollars en projets d'infrastructure. Depuis lors, ce chiffre est passé à 2 trillions de dollars et les représentants démocrates au Congrès ont indiqué être ouverts aux négociations.

Un programme de dépenses massif de ce type donnerait un énorme coup de pouce aux entreprises américaines et le Canada pourrait même bénéficier des restes. Mais il existe deux points de frictions. L'un est la réticence de plusieurs démocrates à travailler avec un président qu'ils méprisent sur un programme qu'il revendiquerait comme une victoire personnelle. L'autre est l'argent. Les États-Unis connaissent déjà un énorme déficit. Oui, les infrastructures sont importantes mais qui va les payer?

Ceci dit, M. Trump souhaiterait voir ce dossier progresser. Même un simple plan de départ stimulerait l'économie.

De bonnes nouvelles concernant les pipelines. Pour la TSX, des nouvelles encourageantes à l'égard des pipelines donneraient un coup de pouce au secteur pétrolier et gazier en difficulté. Les actions énergétiques constituent 17 % de l'indice composé S&P/TSX et l'indice plafonné de l'énergie a perdu plus de 32 % au cours des 12 derniers mois. Tout ce qui pourrait améliorer le sort de ces actions serait le bienvenu par la plupart des investisseurs.

Cela pourrait inclure le lancement des travaux de la pipeline Trans Mountain, des décisions de justice favorables concernant Keystone XL et la Ligne 3 d'Enbridge à Superior dans le Wisconsin, et un accord entre Enbridge et l'État du Michigan au sujet de la Ligne 5 de la société, située en dessous du détroit du Mackinaw, que l'État poursuit en justice afin d'en obtenir la fermeture.

Si n'importe lequel de ces événements survient dans les prochains mois, les actions énergétiques pourraient connaître une solide reprise. Si plusieurs d'entre eux se concrétisent, le secteur énergétique pourrait être le moteur de la TSX pour la deuxième moitié de l'année.

Bien que ce soit le plus long marché haussier en mémoire, il n'a pas à s'arrêter ici. Nous avons juste besoin d'un tout petit peu de bonnes nouvelles pour qu'il se poursuive au moins un certain temps.

M. Gordon Pape fait partie des experts en investissement et des commentateurs de finances personnelles les plus connus du Canada. Il est l'éditeur des bulletins d'information The Internet Wealth Builder et The Income Investor qui sont disponibles à travers le site Web Building Wealth. Cet article est paru initialement dans le Toronto Star.

Pour plus d'informations sur les abonnements aux bulletins d'informations de Gordon Pape, consultez le site Web Building Wealth.

Suivez Gordon Pape sur Twitter à l'adresse https://twitter.com/GPUpdates et sur Facebook à l'adresse www.facebook.com/GordonPapeMoney.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2019 par Forum des Fonds. Tous droits réservés.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés présentent un risque de perte et aucune garantie de performance n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Demandez toujours conseil à votre propre conseiller financier avant de prendre des décisions en matière d'investissement.