Marché baissier : Les choses à faire et à ne pas faire

03-23-2020
Marché baissier : Les choses à faire et à ne pas faire

Comment faire face à un effondrement du marché

 

Nous n'avons jamais rien vécu de tel dans notre vie. Un tout petit virus a poussé l'économie mondiale au bord de la récession, tué le plus long marché haussier de l'histoire, perturbé notre vie quotidienne, et pire que tout, provoqué la mort de milliers de personnes, avec des chiffres qui augmentent chaque jour.

Lorsque j'étais petit durant la Seconde Guerre mondiale, je me souviens avoir vu un signe sur un magasin où l'on pouvait lire « fermé jusqu'à nouvel ordre ». La vie semble ainsi aujourd'hui – tout est fermé le temps de cette épidémie, aussi longue soit-elle. Des pays entiers sont en confinement, et d'autres sont sans doute à venir. Les compagnies aériennes ont immobilisé leurs avions et les bateaux de croisière stationnent vides à leur quais. Les gens sont réticents à s'aventurer hors de chez eux, même pour aller acheter l'essentiel. Toutes les ligues de sport majeures ont suspendu leurs saisons.

La vie telle que nous la connaissons a disparu d'un jour à l'autre. Qui sait quand est-ce que nous la retrouverons.

Ce rapport spécial a été écrit mi-mars. Les événements évoluent tellement vite qu'une partie de cet article pourrait déjà être désuète au moment où vous le lisez. Mais j'espère que vous y trouverez les conseils de base qui pourront vous être utiles en ces temps difficiles.

Le nouveau marché baissier

Le plus long marché haussier de l'histoire a pris fin, presque 11 ans après son commencement. La chute a choqué les investisseurs, survenant moins d'un mois après que les principaux indices boursiers américains ont atteint des niveaux records.

Les marchés sont à présent en territoire baissier, pour la première fois depuis la crise financière. La principale question est de savoir jusqu'à quel niveau les marchés vont descendre et combien de temps cela va durer.

L'histoire nous révèle que les marchés baissiers ont tendance à être courts (une période d'environ 10 mois semble être la norme), avec une baisse de prix moyenne de 36 %. Le krach de 2007-2009 était plus long (1,3 ans selon Investopedia) et plus grave (le S&P 500 a chuté de 50,9 % avant la fin du carnage).

Mais ce ne sont pas des temps normaux. Nul ne sait combien de temps la crise du coronavirus continuera, ou quel sera ses conséquences définitives sur l'économie. Il semble clair qu'elle plongera le monde dans la récession – nous y sommes peut-être en ce moment, mais il faudra attendre les chiffres pour en être certain. Mais sa gravité et sa durée ne sont que pure spéculation.

Les optimistes espèrent une reprise en forme de V. Cela repose sur la théorie non prouvée que le virus sera ralenti par l'arrivée du temps chaud et que l'économie se redressera au cours du second semestre. Les pessimistes prévoient que le virus continuera à se propager, et qu'un arrêt des activités semblable à ce qui se passe en Italie se poursuivra pendant de nombreux mois dans la plupart des régions du monde.

Que devez-vous faire face à de telles incertitudes?

Tout d'abord, rappelez-vous que le marché baissier prendra fin à un moment donné. C'est toujours le cas. Les entreprises solides seront toujours en activité, et leurs actions se vendront aux cours les plus bas.

Si l'on revient sur la crise financière, les investisseurs qui ont tenu bon ont été largement récompensés lorsque la bourse a rebondi. Ceux qui ont vendu à perte ont mis des années à s'en remettre, et certains ne s'en sont jamais remis.

Si vous avez suivi mes conseils au fil des années, vous disposez d'un portefeuille équilibré qui inclut un pourcentage élevé d’obligations, des actions versant des dividendes et des liquidités. Si tel est le cas, je vous suggère de respirer profondément et de vous préparer à surmonter cette épreuve. La valeur globale de vos avoirs peut chuter mais les obligations amortiront le choc, et les dividendes vous procureront des liquidités. Il sera temps de déployer des espèces quand le marché aura rebondi de 20 % par rapport à son niveau le plus bas, signe qu'une nouvelle hausse est peut-être en cours.

Si, d'autre part, vous détenez beaucoup de titres marginaux, vous devrez peut-être envisager de limiter vos pertes chaque fois qu'il y a une croissance. Ces actions ont tendance à réaliser des performances inférieures à l'ensemble du marché en temps tumultueux lorsque les spéculateurs se désistent.

Tout le monde vit avec beaucoup de stress ces temps-ci – tant au niveau financier que sur le plan de la santé. Vous devez faire tout ce que vous pouvez pour réduire ce niveau de stress. Le Wall Street Journal a noté dans une récente colonne consacrée aux coronavirus que le stress affaiblit le système immunitaire, rendant les gens plus vulnérables à la maladie.

La santé a toujours été plus importante que l'argent. Le marché baissier fera éventuellement partie du passé, et la valeur de votre portefeuille va récupérer. Gardez cela en tête dans les jours à venir.

Marché baissier : Les choses à faire et à ne pas faire

Ne vendez pas la qualité. Repensez à ce qui s'est passé à l'automne 2008. Même les meilleures entreprises ont perdu de la valeur lorsque le marché entier s'est effondré. Mais début mars 2009, une fois l'effusion de sang terminée, presque toutes ces actions sont revenues et ont finalement atteint de nouveaux sommets. Toute personne disposant d'un peu de liquidités aurait pu doubler son argent en quelques années en investissant dans des actions de premier ordre à des cours très bas.

Vendez les émissions spéculatives. Je ne recommande jamais d'acheter des actions spéculatives, mais certaines personnes ne peuvent résister, dans l'espoir de réaliser un gain énorme. Dans un marché dynamique, cela peut arriver. Mais quand tout se vend, c'est beaucoup moins probable. En fait, certaines entreprises peuvent faire faillite si les choses vont trop mal, vous laissant avec les poches vides. Mieux vaut encaisser un coup dur maintenant, plutôt que de tout perdre.

Gardez les obligations. Après la hausse solide de presque de 7 % dans l'indice obligataire universel FTSE Canada, provoquée par une baisse des taux d'intérêt, il ne semble pas y avoir beaucoup de perspectives de hausse pour 2020.

Mais ces calculs ne prennent pas en compte l'impact sur le marché obligataire d'une situation telle que le nouveau coronavirus. Les investisseurs se battent pour la sécurité, poussant les rendements à la baisse et augmentant le prix des obligations. (Les rendements et les prix évoluent dans des directions opposées.)

Au moment de la rédaction, l'indice obligataire universel FTSE était en hausse de 3 % sur le cumul annuel, ce qui est beaucoup mieux que la TSX. Les obligations à rendement élevé constituent la principale exception, affichant une baisse sur le cumul annuel. Le risque défaut de paiement des entreprises marginales augmente en période de stress économique, mettant une pression baissière sur leurs émissions obligataires.

Les FNB obligataires sont la meilleure option pour la plupart des gens. Le FNB iShares Core Canadian Universe Bond Index ETF (TSX: XBB), qui reflète la performance de l'indice sous-jacent, fait partie des recommandations de nos deux bulletins d'information depuis plusieurs années.

Détenez de l'or. Tout comme les obligations, l'or est considéré comme étant une valeur refuge en ces moments-là. Le métal précieux a encaissé un coup dur à la mi-mars, avec une chute de prix de plus de 100 $. Mais je m'attends à ce qu'il récupère à mesure que la crise se poursuit.

N'essayez pas de prédire une reprise. Nous n'avons aucun moyen de savoir combien de temps ce virus continuera d'être une force disruptive. Certains responsables de la santé pensent que l'arrivée du printemps et des températures plus chaudes pourraient le ralentir, mais c'est une théorie qui n'a pas encore été vérifiée. Si vous avez des liquidités à investir, gardez-les en réserve jusqu'à ce que le marché ait augmenté de 20 % par rapport au niveau le plus bas. À ce stade, le redressement devrait être bien établi, et vous pourrez déployer votre argent.

Pour plus d'informations et les dernières mises à jour sur cette histoire qui évolue rapidement, consultez le site www.BuildingWealth.ca.

M. Gordon Pape fait partie des experts en investissement et des commentateurs de finances personnelles les plus connus du Canada. Il est l'éditeur des bulletins d'information The Internet Wealth Builder et The Income Investor qui sont disponibles à travers le site Web Building Wealth.

Pour plus d'informations sur les abonnements aux bulletins d'informations de Gordon Pape, consultez le site Web Building Wealth.

Suivez Gordon Pape sur Twitter à l'adresse https://twitter.com/GPUpdates et sur Facebook à l'adresse www.facebook.com/GordonPapeMoney.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2020 par Forum des Fonds. Tous droits réservés.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés présentent un risque de perte et aucune garantie de performance n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Demandez toujours conseil à votre propre conseiller financier avant de prendre des décisions en matière d'investissement.