Trois conseils d'investissement essentiels que toute femme devrait connaître

07-16-2021
Trois conseils d'investissement essentiels que toute femme devrait connaître

C'est votre argent, tirez-en le meilleur parti!

 

Selon une étude de la CIBC en 2019, les Canadiennes contrôlent 2 200 milliards de dollars d'actifs. Mais ce chiffre doublera pratiquement pour atteindre 4 000 milliards de dollars d'ici 2028, et il pourrait être bien plus élevé si l'on inclut les biens immobiliers. Alors que cette fortune augmente, le besoin de connaissances de base en matière de finances et d'investissement n'a jamais été aussi grand. On me demande souvent quels sont les trois conseils d'investissement que je placerais en tête de liste pour les femmes. Les voici :

1. Créez des dollars non imposables

L'impôt est la principale cause d'érosion de la richesse au Canada aujourd'hui et représente un impact de 28 %. Il est donc important de réduire autant que possible l'impôt à payer. Il existe un moyen infaillible de créer des dollars non imposables :

Le compte d'épargne libre d'impôt (CELI). La beauté du CELI, c'est que vous ne payez jamais d'impôt sur la croissance des placements dans le régime, et que tous les retraits du régime sont libres d'impôt. Ouvrez donc un CELI et maximisez-le chaque année. Et faites-le peu importe votre âge à ce jour.

Disons que vous avez 30 ans et gagnez 50 000 $ par an. Vous avez 10 000 $ dans votre CELI et vous cotisez 5 000 $ au début de chaque année jusqu'à ce que vous cessiez de travailler à 65 ans. Visons un taux de rendement annuel moyen composé raisonnable de 8 % sur les placements dans le CELI. Lorsque vous atteindrez l'âge de 65 ans dans 35 ans, vous aurez 1 067 412 $ dans le CELI.

2. La méthode des « 4 D » pour réduire les impôts

Les économies d'impôt ne s'arrêtent pas au CELI. En fait, il existe un certain nombre de stratégies d'économie d'impôt que j'appelle les « 4 D » : déduire; différer; diminuer; diviser.

Déduire et différer. Il s'agit d'une stratégie que vous utiliserez lorsque vous placerez de l'argent dans un régime enregistré d'épargne-retraite (REER). Vous pouvez déduire votre cotisation de votre revenu. Et l'impôt sur le revenu tiré des placements dans le régime est différé jusqu'à ce que vous retiriez votre argent du régime à la retraite.

Diviser et diminuer. Si vous avez des enfants, un régime enregistré d'épargne-études (REEE) vous aidera à « diviser » le revenu en le partageant avec vos enfants, ce qui « diminue » l'impôt. Cette structure vous permet non seulement d'épargner pour les études postsecondaires de vos enfants, mais aussi de réduire votre facture fiscale globale.

Lorsque vous cotisez à un REEE, vous transférez une obligation fiscale future. Vous réalisez la « division » en mettant essentiellement l'argent au nom de vos enfants en tant que bénéficiaires du REEE. Les placements dans le REEE croissent à l'abri de l'impôt jusqu'à ce que vos enfants les retirent pour payer les frais d'un établissement postsecondaire admissible. À ce moment-là, le revenu est imposé au taux d'imposition de votre enfant, qui sera très probablement proche de zéro, alors que vous serez très probablement au sommet de votre carrière, avec une tranche d'imposition pouvant atteindre 50 %. De plus, il existe une subvention canadienne pour l'épargne-études supplémentaire pouvant atteindre 500 $ par an, jusqu'à un maximum à vie de 7 200 $. C'est de l'argent gratuit qui permet d'augmenter encore plus le taux de croissance composé du REEE.

3. Minimisez les coûts de placement

Les frais de placement (par opposition au prix que vous payez) peuvent constituer un obstacle important à l'obtention de bons rendements. Les fonds communs de placement, par exemple, sont probablement le véhicule le plus populaire au Canada pour investir en vue de la retraite. Mais le coût de détention d'un fonds commun de placement peut être très élevé. La rémunération des gestionnaires de fonds, les honoraires des conseillers et les frais d'administration peuvent faire grimper le ratio des frais de gestion (RFG) d'un fonds à 2,5 % ou plus. Les RFG des fonds distincts sont encore plus élevés, allant de 5 % à plus. Ces frais sont payés par le fonds, ce qui réduit l'actif, et donc le rendement pour les investisseurs. Une commission, ou « charge », qui est payée par l'investisseur directement à un conseiller ou à un courtier, augmentera encore plus le coût du fonds.

Lorsque vous choisissez des fonds, recherchez l'efficacité des coûts. Le marché des fonds communs de placement est devenu beaucoup plus concurrentiel et les RFG peuvent être très bas pour certaines séries de fonds. Mais vous devez magasiner, et un bon point de départ est la base de données des fonds communs de placement de Forum des Fonds. Une autre solution consiste à utiliser des fonds négociés en bourse (FNB), dont les frais sont généralement inférieurs à 1 % des actifs. Certains ne sont que de quelques points de base au-dessus de zéro. Avec les FNB, vous pouvez réduire les coûts globaux d'un point de pourcentage ou plus. Mais là encore, la recherche et la sélectivité sont essentielles (consultez la base de données des FNB de Forum des Fonds). Des frais peu élevés ne font pas nécessairement un bon fonds, qu'il s'agisse d'un fonds commun de placement ou d'un FNB. Faites donc attention aux coûts de votre investissement, pas seulement au « prix », et évaluez si vous en avez pour votre argent en termes de gestion et de performance.

Mme Robyn Thompson, CFP, CIM, FCSI, est la fondatrice de Castlemark Wealth Management, une société de services financiers spécialisée dans la gestion de patrimoine pour les personnes et les familles nanties. Pour une consultation de planification individuelle, veuillez la contacter par téléphone au 416-828-7159 ou par courriel à rthompson@castlemarkwealth.com.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2021 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés sont à titre indicatif et peuvent comporter des risques de perte. Aucune garantie de rendement n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, les conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Veuillez contacter l'auteur de l'article si vous souhaitez discuter de circonstances particulières.