Une nouvelle ère se dessine-t-elle à horizon?

11-21-2023
Une nouvelle ère se dessine-t-elle à horizon?

Le pire pourrait être derrière nous alors que la volatilité saisonnière diminue

 

Les participants au marché ont appris à s’attendre à une augmentation de la volatilité au cours des mois d’août à octobre, et cette année n’a pas déçu. Bien que de nombreux indicateurs n’aient pas aussi bien fonctionné ces derniers temps, le caractère saisonnier semble bien fonctionner comme indicateur.

Cette année ne s’est pas déroulée comme beaucoup l’espéraient en janvier. Mais au lieu de s’écarter complètement de ces prédictions, peut-être n’étaient-elles que précoces. La différence entre le mauvais et le précoce n’est pas très grande, mais il vaut la peine d’y porter attention. Le scénario pessimiste pour le début de l’année était axé sur une récession imminente des bénéfices, car la hausse des taux et l’élimination des mesures de relance liées à la COVID ralentiraient l’économie et les marges. Ces craintes commencent à peine à se manifester en tant que consommateur américain plus fort que prévu, et les salaires élevés ont fait en sorte que de nombreuses sociétés ont traversé la première moitié de l’année sans que cela ait une grande incidence sur les bénéfices.

Mais cet automne, nous commençons à voir les choses ralentir. La hausse des taux d’intérêt a un impact sur les paiements hypothécaires et le marché de l’habitation, ce qui a un effet sur les consommateurs. Les entreprises commencent également à ralentir leurs nouvelles commandes, préférant gérer des stocks excédentaires plutôt que de les financer à des taux plus élevés. En même temps, les syndicats sont de plus en plus agressifs pour obtenir des salaires plus élevés. Ces ingrédients contribuent tous à un risque de bénéfice plus faible.

Les sociétés qui ont été en mesure de transférer les hausses de coûts aux consommateurs ont pu maintenir leurs marges. Mais il semble que cette période soit derrière nous et qu’au cours des prochains trimestres, nous pourrions enfin commencer à constater le ralentissement prédit plus tôt cette année.

Le secteur qui a été le premier à subir les effets de la hausse des taux est celui des banques. Alors que la crise des banques régionales américaines qui a fait chuter la SVB et plusieurs autres plus tôt dans l’année semblait être rapidement oubliée, nous entendons maintenant les grandes banques canadiennes et américaines parler d’un ralentissement de leurs activités et de la croissance des prêts. Comme le disent de nombreux observateurs du marché, « il est impossible d’avoir un marché haussier sans les banques », et comme de nombreuses banques ont reculé de plus de 20 % au cours de l’année sans qu’elles ne se redressent, il est difficile d’être très optimistes à l’égard des marchés.

L’autre secteur du marché des titres de capitaux propres, qui a connu d’importantes difficultés en raison de la hausse des rendements, a été celui des secteurs défensifs. Les investisseurs considèrent habituellement que les groupes tels que les FPI, les services publics et les télécommunications sont plus « sûrs » en raison de leurs dividendes plus élevés. Cependant, compte tenu de la hausse des niveaux d’endettement et du fait que les acheteurs traditionnels de ces titres trouvent différentes occasions de gagner un revenu (c.-à-d. le fonds du marché monétaire), de nombreuses sociétés de ce secteur affichent un recul de plus de 20 %. Sans les banques et les défensives, toute stratégie orientée vers la valeur connaît une année difficile.

Quand est-ce que les rendements vont baisser?

Étant donné que bon nombre des difficultés récentes sur le marché sont étroitement liées à la hausse des taux d’intérêt, une source potentielle d’allégement serait les rendements inférieurs. Les rendements inférieurs peuvent se manifester de quelques façons, mais en réalité, cela se résume à un ralentissement de l’inflation ou à une récession. Dans certains secteurs de l’économie, nous constatons enfin que les pressions inflationnistes commencent à s’atténuer et que, les bénéfices des entreprises étant sous pression, les banques centrales semblent prêtes à mettre fin à leur resserrement dynamique des taux. Au moment de la récession, le Canada est peut-être sur le point d’en entrer un, tandis que les États-Unis continuent de repousser ces craintes.

Le mois d’octobre a également vu le début malheureux d’un autre conflit au Moyen-Orient dont personne ne veut. Cela ne devrait pas avoir beaucoup d’impact sur les marchés à moins d’une grave perturbation de l’approvisionnement en pétrole, ce qui ne s’est pas produit jusqu’à maintenant. Pourtant, il s’agit d’un autre événement qui ajoutera à l’incertitude sur les marchés et pourrait maintenir une volatilité élevée à court terme.

Du côté positif, si la saisonnalité se maintient, nous sortons du pire segment du calendrier, et le mois de novembre est le plus fort de l’année. Les facteurs sont tous en place pour, à tout le moins, une reprise qui pourrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année et qui pourrait être en cours. La confiance des investisseurs est dissipée, et de nombreux fonds de placement systématiques ont des niveaux de placement extrêmement bas. Les rendements des obligations semblent également à la hausse, et un recul permettra de soulager le marché des titres de capitaux propres.

Il fait toujours plus sombre avant l’aube, et nous pourrions tous avoir besoin de titres positifs après ces derniers mois. Avec de nombreuses transactions désormais hors du marché, le « négociation de douleur » est plus élevé, et à l’heure actuelle, l’un des trades les plus risqués à réaliser est d’être à découvert sur le marché. Il pourrait s’agir d’une année plus difficile sur le plan tactique, car la prochaine année restera difficile pour les investisseurs, mais toute reprise de secours sera la bienvenue.

Greg Taylor, CFA est le chef des placements d’investissements Purpose.

Remarques et avis de non-responsabilité

© 2023 par Purpose Investments Inc. Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle par quelque moyen que ce soit sans autorisation écrite préalable est interdite. Cet article a été publié pour la première fois sur la page « Commentaire macroéconomique » du site Web de Purpose Investments. Utilisé avec autorisation.

Toutes les données proviennent de Bloomberg, à moins d'indication contraire.

Les chiffres indiquent les rendements totaux pour le mois septembre 2023. Le contenu de ce document est fourni à titre informatif seulement et ne constitue pas une offre de vente des titres décrits aux présentes, ni une recommandation ou une sollicitation à acheter, détenir ou vendre l’un de ces titres. Les renseignements ne constituent pas des conseils de placement et ne sont pas adaptés aux besoins ou à la situation des investisseurs. L’information contenue dans ce document ne constitue pas et ne doit en aucun cas être interprétée comme une notice d’offre, un prospectus, une publicité ou un appel public à l’épargne de titres. Aucune commission de valeurs mobilières ou autorité réglementaire semblable n’a examiné ce document, et quiconque donne à entendre le contraire commet une infraction. Les renseignements qui figurent dans ce document sont jugés exacts et fiables, mais nous ne pouvons pas garantir qu’ils sont complets ou à jour en tout temps. L’information fournie est susceptible d’être modifiée sans préavis.

Un placement dans un fonds d’investissement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Si les titres sont achetés ou vendus sur un marché boursier, vous pourriez payer plus ou recevoir moins que leur valeur liquidative courante. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé peut ne pas se reproduire. Ce document comporte certaines déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont des énoncés prédictifs qui sont fondés sur des conditions ou des événements futurs ou qui s’y rapportent, ou qui comportent des mots comme « peut », « sera », « devrait », « pourrait », « prévoir », « anticiper », « intention », « planifier », « croire », « estimer » ou toute autre expression similaire. Puisque les déclarations qui concernent l’avenir ou qui contiennent autre chose que des renseignements historiques sont exposées à divers risques et incertitudes, les résultats, les actions ou les événements réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés dans la déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne représentent pas des garanties du rendement futur et sont, en raison de leur nature, fondées sur de nombreuses hypothèses. Bien que les déclarations prospectives comprises dans ce document découlent d’hypothèses que Purpose Investments et le gestionnaire de portefeuille estiment raisonnables, ceux-ci ne peuvent pas garantir que les résultats réels correspondront à ces déclarations prospectives. Nous recommandons donc au lecteur d’envisager la déclaration prospective avec prudence et de ne pas s’y fier indûment. À moins que la loi applicable ne l’exige, la société n’a ni l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives à la lumière de nouvelles données, d’événements futurs ou autre, et décline toute responsabilité à cet égard.

Image: iStock.com/Amphawan Chanunpha