Rapport analytique des liquidités par secteur et devise : T4 2020

04-07-2021
Rapport analytique des liquidités par secteur et devise : T4 2020

Analyser les espèces déployables des fonds pour mesurer le sentiment des gestionnaires

 

Jusqu'en 2020, la pandémie avait tellement miné la confiance des investisseurs que la plupart d'entre eux ne voyaient plus la lumière au bout du tunnel. Mais depuis les déclins du 23 mars 2020, le marché a rebondi d'une manière que même les investisseurs les plus optimistes n'auraient pas pu prévoir.

Dans le graphique 1, nous pouvons constater une baisse constante de la valeur du dollar américain et du dollar canadien, tant en proportion qu'en valeur absolue. Dans l'ensemble, nous avons assisté au déploiement des liquidités au sein des fonds d'investissement canadiens au cours des derniers mois de 2020. Les sommets boursiers atteints à la fin de 2020, et qui, selon de nombreux experts, indiquaient un haut degré d'exubérance irrationnelle, ont définitivement augmenté davantage cette année, le S&P 500 et le Dow Jones Industrial Average se négociant à des sommets historiques jusqu'au premier trimestre.

L'indice composé Nasdaq, à forte composante technologique, inquiète de plus en plus les investisseurs. À la fin de 2020, la plupart des investisseurs ayant investi dans un simple FNB qui suit l'indice Nasdaq 100 auraient obtenu de très bons résultats pour leur portefeuille, car il a été l'un des indices de référence les plus performants de 2020. Les actions technologiques ont progressé jusqu'en février, puis ont reculé jusqu'aux niveaux de novembre 2020 et se sont depuis largement redressées.

Toutefois, ces grands noms de la technologie présentent un risque croissant, car les CAAE basés en Chine semblent faire l'objet d'une surveillance accrue et d'une radiation en bourse, alors que les évaluations reposent sur les espoirs de voir les taux d'intérêt rester bas plus longtemps.

Nous savons maintenant que les prévisions économiques durant la pandémie ont peut-être été trop pessimistes, car nous voyons continuellement des surprises positives dans les rapports sur la fabrication, l'emploi et la croissance du PIB. Cela a contribué au fonctionnement des marchés mondiaux. Avec les lancements de vaccins qui battent leur plein et les dépenses d'infrastructure massives des gouvernements au Canada et aux États-Unis, les estimations et les perspectives s'appuient déjà sur une croissance économique en hausse.

Le marché de l'habitation au Canada continue de brûler à feu vif, avec des contraintes d'offre évidentes. La SCHL et la Banque du Canada ont mis en garde contre la surchauffe de certains marchés particuliers, une note de bas de page interminable émise par les organismes de réglementation à l'égard d'un marché qui semble continuer à progresser, poussant les valeurs immobilières résidentielles dans les zones urbaines à des niveaux stratosphériques.

La baisse échelonnée des avoirs en dollars canadiens des fonds est très instructive, car toutes les banques à charte canadiennes ont signalé une augmentation des montants des dépôts en dollars sur une base absolue. L'argent supplémentaire que les ménages peuvent percevoir sous forme de prestations gouvernementales semble se retrouver sur les marchés financiers. Cette théorie est renforcée par les longs délais d'attente dans les maisons de courtage en ligne et le nombre record d'ouvertures de comptes de placement.

Enfin et surtout, il semble que les investisseurs aient plus d'argent qu'ils ne savent quoi en faire, et qu'ils prennent donc des paris importants et risqués avec les crypto-monnaies et les actions qui ont été pompées via les communautés en ligne. Il convient de mentionner que l'argent intelligent est entré dans l'espace des crypto-monnaies, avec un nombre record de nouveaux FNB de bitcoin et d'ethereum déjà lancés ou en passe d'être commercialisés. Il sera intéressant de voir comment l'évolution des portefeuilles de ces nouveaux mandats influencera un marché porté par les investisseurs de détail et les crypto-enthousiastes.

Analyse des devises

Cette analyse porte sur le secteur canadien des fonds de placement et sur la manière dont les gestionnaires de portefeuille répartissent les capitaux dans les principales devises. L'analyse de devises exclut toutes les quasi-espèces, telles que les obligations à moins d'un an d'échéance, et les espèces en caution détenues pour répondre aux clauses restrictives d'un contrat de prêt. Nous pensons qu'en excluant ces éléments, nous pourrons nous focaliser sur les espèces déployables des fonds de placement et évaluer le sentiment du marché. Nous analyserons ensuite les liquidités des fonds de placement au niveau des espèces et des quasi-espèces selon les secteurs, afin de comprendre quels secteurs verticaux les gestionnaires de portefeuille choisissent aujourd'hui de surpondérer ou sous-pondérer.

Le tableau 1 ci-dessous illustre les taux de croissance d'un mois à l'autre pour les principales devises mondiales.

Pondérations moyennes de portefeuille pour les devises mondiales

Le Graphique 1 illustre le pourcentage moyen d'espèces dans les fonds de placement pour neuf devises principales, dans un ordre séquentiel de janvier 2020 à décembre 2020.

Espèces canadiennes et américaines en caisse

Le graphique suivant illustre la valeur moyenne des espèces en dollars, dans un ordre séquentiel de janvier 2020 à décembre 2020. Le dollar américain avait une position nette de 2 862 738 151 $ en décembre 2020. Le dollar canadien avait une position nette de 2 997 585 436 $ en décembre 2020.

Ratio de liquidité des fonds de placement

Le ratio de liquidité des fonds de placement est calculé comme étant le montant de la trésorerie d'un fonds par rapport à la totalité de ses actifs. Il est important de déterminer ce ratio lors de l'analyse des placements et de la répartition du capital. Il a le pouvoir de donner d'incroyables informations sur le flux de capital global vers des secteurs verticaux spécifiques, et sur le sentiment haussier ou baissier dans ces catégories de placement. Le tableau 2 liste les 10 meilleures et pires catégories des secteurs applicables selon le ratio moyen de plus de 3 000 fonds de placement détenant un mandat pour investir dans les secteurs concernés. Le tableau présente les secteurs les plus baissiers et les plus haussiers par ordre décroissant.

Les secteurs possédant le ratio le plus élevé sont surlignés en rouge, ce qui traduit une sous-pondération de leurs indices respectifs. Cela pourrait vouloir dire que les gestionnaires de portefeuille attendent une performance négative dans ces catégories. 

Les secteurs possédant les plus faibles ratios sont surlignés en vert, ce qui traduit une surpondération de leurs indices respectifs. Cela pourrait vouloir dire que les gestionnaires de portefeuille attendent des rendements positifs dans ces catégories sur le court terme.

Analyse et perspectives

Les rendements des bons du Trésor américain ont atteint des planchers en 2020, mais sont revenus en force depuis le début de 2021. Par conséquent, les investisseurs qui ont abandonné les obligations pour courir après le rendement sur les marchés d'actions pourraient finalement revenir sur les marchés de la dette. Nous pouvons voir dans le tableau 2 que les marchés émergents, en particulier les marchés asiatiques, semblent avoir une position haussière. La prise de bénéfices sur les actions américaines et nord-américaines semble être évidente, les gestionnaires surveillant activement la volatilité accrue.

Les métaux précieux, comme l'argent et l'or, ont connu une excellente année 2020, mais se sont repliés en 2021. D'autres matières premières ont connu un excellent départ en 2021, puisque la plupart des matières premières énergétiques ont une avance à deux chiffres au premier trimestre, le pétrole brut WTI et Brent gagnant plus de 20 % depuis le début de l'année. Ainsi, les géants pétroliers albertains et mondiaux, très mal aimés, pourraient revenir sur le radar de nombreux investisseurs pour le reste de l'année 2021.

© 2021 Fundata Canada Inc. Nash Swamy est analyste des opérations analytiques et des données à Fundata Canada Inc., une source principale d’information pour les fonds de placement. Il est impliqué dans la classification des FNB et les cotes de risque, les instruments dérivés et les bons de souscriptions, ainsi que dans la collecte de données de fonds de couverture pour les analyses de liquidité. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Aucune garantie de rendement n'est faite ou implicite.

Remarques et avis de non-responsabilité

© 2021 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Les investissements dans les fonds de placement peuvent être assortis de commissions, commissions de suivi, frais de gestion et autres frais. Veuillez lire le prospectus simplifié avant d’investir. Les fonds de placement ne sont pas garantis et ne sont pas assurés par la Société d’assurance-dépôts du Canada ni par tout autre organisme gouvernemental d’assurance-dépôts. Rien ne garantit que le fonds pourra maintenir sa valeur liquidative par part à un montant constant ni que le montant entier de votre placement dans le fonds vous sera remis. Les valeurs des fonds changent fréquemment et leur rendement passé n'est pas garant de leur rendement futur. Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Aucune garantie de rendement n'est faite ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux.