Ajuster son portefeuille face à l'incertitude posée par l'inflation

07-12-2021
Ajuster son portefeuille face à l'incertitude posée par l'inflation

Juste au cas où les banques centrales décident de nous faire une surprise monétaire

 

« Pas d'inquiétude à avoir. Ce n'est que passager. Nous examinerons les moyennes. » Ce sont les messages que nous recevons de nos banques centrales depuis des mois. Malgré les dépenses publiques effrénées, les taux d'intérêt au plus bas, l'assouplissement quantitatif massif et les ruptures de la chaîne d'approvisionnement, l'inflation n'allait pas être un problème. Les taux d'intérêt resteraient bas jusqu'à la reprise complète de l'économie. À un moment donné, le Conseil de la Réserve fédérale américaine suggérait que nous ne verrions probablement pas d'augmentation avant 2024.

Le marché boursier a pris les banques au mot. Pas de resserrement dans un avenir prévisible. Les indices ont atteint des niveaux record.

Tout semblait rose. Puis les chiffres du monde réel ont commencé à sortir et ont montré que l'inflation s'installe à un rythme que nous n'avions pas vu depuis des années. L'indice des prix à la consommation du Canada a augmenté à un taux annuel de 3,6 % en mai, après une hausse de 3,4 % en avril. La situation aux États-Unis est encore pire, avec une hausse de 5 % en mai, due en partie au coût des voitures et de l'énergie.

Cela a entraîné un changement de ton, modeste mais perceptible.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a déclaré dans sa déclaration d'ouverture devant le comité bancaire du Sénat en juin qu'il croit toujours que la poussée d'inflation est temporaire.

« L’inflation va probablement demeurer pendant l’été près du sommet de la fourchette cible, qui va de 1 à 3 % », a-t-il déclaré. « Cela s’explique en grande partie par les effets de glissement annuel, combinés aux prix beaucoup plus élevés de l’essence. Quand ces effets de glissement annuel auront disparu, on devrait voir l’offre excédentaire actuelle dans l’économie faire redescendre l’inflation. »

Il a poursuivi : « Nous restons engagés à maintenir le taux directeur à sa valeur plancher jusqu’à ce que les capacités excédentaires de l’économie se résorbent. Cela permettra d’assurer un retour durable à la cible d’inflation de 2 %. Selon la plus récente projection de la Banque, ce retour à la cible d’inflation devrait se produire au cours de la seconde moitié de 2022, bien que ces prévisions soient plus incertaines que d’habitude car il est difficile d’évaluer en ce moment la capacité de production de l’économie. »

Donc peut-être une hausse des taux d'intérêt au second semestre 2022. Mais notez son commentaire sur l'incertitude du calendrier. La Banque s'est donné une certaine marge de manœuvre, ce qui pourrait signifier que nous commencerons à voir des augmentations plus tôt si l'inflation continue de progresser.

Le Conseil de la Réserve fédérale américaine a adopté une position similaire. Après sa réunion des 15 et 16 juin, le Comité fédéral de l'open market a annoncé qu'il ne modifierait pas le taux cible pour l'instant, mais des responsables ont déclaré que des hausses pourraient intervenir en 2023 plutôt qu'en 2024, comme indiqué précédemment.

Tout cela semble indiquer que les banques centrales deviennent un peu nerveuses. Si nous ne constatons pas une baisse du taux d'inflation d'ici l'automne, la pression pour agir deviendra plus intense.

Les marchés américains ont d'abord réagi avec prudence aux commentaires de la Fed. Le Dow a perdu 210 points le lendemain de l'annonce de la Fed, tandis que le S&P 500 a terminé légèrement en dessous du seuil de rentabilité. Le Nasdaq a progressé de 122 points. Mais dès le lendemain, les implications de cette situation ont commencé à se faire sentir. Le Dow Jones a perdu 533 points, le Nasdaq a perdu 131 points, le S&P 500 a perdu 55 points et le TSX est repassé sous la barre des 20 000 points.

Les actions se sont redressées la semaine suivante, mais les investisseurs semblaient nerveux et ne savaient pas comment réagir. Alors, que faut-il faire dans ces circonstances ? Voici quelques suggestions :

Restez sur le court terme avec des obligations. Les taux d'intérêt vont augmenter, c'est juste une question de temps. Les obligations dont l'échéance est plus longue sont confrontées à des risques disproportionnés. Au 18 juin, l'indice des obligations à court terme FTSE Canada n'avait perdu que 0,54 % depuis le début de l'année. L'indice à long terme a perdu 7,08 %. Ou considérez les obligations convertibles. Elles sont en hausse de 6,2 % depuis le début de l'année.

Ne bloquez pas votre argent dans des CPG à long terme. Les taux sont encore bas et inférieurs au taux d'inflation actuel. Le meilleur rendement sur cinq ans indiqué sur ratehub.com est actuellement de 2,2 %. Si l'inflation se poursuit à un rythme plus élevé, vous perdrez du pouvoir d'achat chaque année, et vous devrez payer de l'impôt sur les intérêts si le CPG ne fait pas partie d'un régime enregistré. Attendez que les taux augmentent avant de vous engager.

Privilégiez les actions à dividendes dont le ratio cours/bénéfice est faible. Presque toutes les actions sont chères en ce moment, mais les actions de valeur seront moins vulnérables si l'inflation s'installe vraiment. Les banques semblent attrayantes - la Banque Royale du Canada (TSX : RY) a un ratio cours/bénéfice de 12,8 et augmentera certainement ses dividendes dès que le Bureau du surintendant des institutions financières lui en donnera l'autorisation. Les autres banques feront de même.

Certaines sociétés de pipelines sont également intéressantes. Enbridge Inc. (TSX : ENB) a un ratio cours/bénéfice de 15,9 et un rendement en dividendes de 6,7 %. Les compagnies d'assurance semblent bon marché. La Société Financière Manuvie. (TSX : MFC) a un ratio c/b de seulement 9,0 % et un rendement en dividendes de 4,6 %.

Possédez des mines d'or. L'or a subi un coup dur après la publication du rapport de la Fed. Le métal jaune est considéré comme une couverture contre l'inflation, mais la hausse des taux d'intérêt augmente les coûts d'opportunité de sa détention. Considérez plutôt une société minière ou une société de redevances comme Franco-Nevada Corp. (TSX : FNV). Elle vous permet de profiter d'une hausse des cours de l'or tout en versant un dividende modeste.

Examinez les actions de la pandémie. Certaines entreprises ont vu leurs cours grimper en flèche pendant la pandémie. Le rythme de croissance risque de ralentir pour nombre d'entre elles, ce qui aura un impact négatif sur le cours des actions. Retirez une partie de cet argent de la table.

Les temps changent. Nous devons changer avec eux

M. Gordon Pape fait partie des experts en investissement et des commentateurs de finances personnelles les plus connus du Canada. Il est l'éditeur des bulletins d'information The Internet Wealth Builder et The Income Investor qui sont disponibles à travers le site Web Building Wealth.

Suivez Gordon Pape sur Twitter à l'adresse https://twitter.com/GPUpdates et sur Facebook à l'adresse www.facebook.com/GordonPapeMoney.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2021 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés présentent un risque de perte et aucune garantie de performance n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Demandez toujours conseil à votre propre conseiller financier avant de prendre des décisions en matière d'investissement.