Des taux négatifs sur le point d'apparaître?

04-06-2020
Des taux négatifs sur le point d'apparaître?

Des bénéfices discutables et des pertes garanties

 

Un lecteur m'a récemment envoyé une question très pertinente : « Si nous nous dirigeons vers des taux d'intérêt négatifs, comme c'est le cas dans certaines parties du monde, où doit-on investir notre argent pour obtenir un rendement décent? »

Ce scénario est bien plus probable que la plupart des gens ne le pensent. Pour la première fois dans l'histoire, la courbe de rendement des obligations du Trésor américain est récemment tombée en dessous de 1 %

Le 15 mars, le Conseil de la Réserve fédérale a réduit son taux directeur d'un demi-point pour le ramener à une fourchette de 0 % à 0,25 %, la plus basse depuis la crise financière. La deuxième baisse d'un demi-point le mois dernier était sans précédent et montre à quel point les gouverneurs de la Fed considèrent la crise actuelle avec sérieux. Les marchés ont répondu en s'effondrant de nouveau le jour suivant.

Précédemment, la Banque du Canada avait annoncé sa deuxième réduction d'un demi-point, à 0,75 %, affirmant : « Il est clair que la propagation du coronavirus a des conséquences sérieuses pour les familles canadiennes, et pour l'économie du pays. De plus, la diminution des prix du pétrole, pèsera grandement sur l'économie, en particulier dans les régions où le secteur de l'énergie est fortement présent. »

Ces mesures font augmenter la probabilité de taux d'intérêt négatifs en Amérique du Nord.

Ils sont déjà présents depuis un certain temps en Europe continentale et au Japon. Récemment, le Royaume-Uni a rejoint le club, les rendements des obligations d'État à deux et cinq ans (appelées gilts) étant tombés sous zéro le 9 mars.

Selon un récent rapport de Bloomberg, près de 15 000 milliards de dollars de dette de qualité, soit plus d'un quart du total mondial, se trouvent en territoire négatif, y compris toutes les obligations d'État allemandes.

Cela signifie que les investisseurs qui achètent maintenant récupéreront moins d'argent qu'ils n'en ont investi à l'échéance des obligations.

Pourquoi faire une telle chose ? La peur. Ces personnes disent au monde entier qu'elles s'attendent à ce que les actions, l'immobilier et tous les autres actifs perdent une valeur importante dans les années à venir. Ils préfèrent s'engager à subir une petite perte au fil du temps plutôt que de courir le risque de pertes catastrophiques sur d'autres actifs.

La grande question est de savoir si les taux négatifs fonctionnent réellement pour stimuler une économie. Le jury n'a pas encore tranché cette question, même après plusieurs années. Le Wall Street Journal a rapporté en décembre que les hauts responsables de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) ont publié un article affirmant que les avantages pour l'économie l'emportaient sur les dommages causés par des taux inférieurs à zéro. Il s'agissait notamment de la baisse des taux d'emprunt et de l'augmentation de l'inflation.

L'équipe qui a préparé le rapport était dirigée par Massimo Rostagno, chef de la division de la politique monétaire de la BCE. Elle a conclu que les taux négatifs encourageaient les banques commerciales à prêter et à investir des capitaux, plutôt que de payer pour laisser de l'argent en dépôt à la banque centrale.

L'inconvénient des taux négatifs est qu'ils réduisent les profits des banques, les obligeant à augmenter les frais sur leurs autres services au détriment de leurs clients. Ce n'est pas tout. Les régimes de retraite, qui détiennent d'importants portefeuilles d'obligations, auront du mal à honorer leurs obligations futures si leurs actifs à revenu fixe génèrent des rendements négatifs pendant une longue période. Les compagnies d'assurance seraient également confrontées à des problèmes, pour la même raison.

Un autre effet négatif des taux négatifs pourrait être d'exacerber la bulle immobilière qui fait déjà de l'accession à la propriété un rêve lointain pour les jeunes. Des taux hypothécaires nuls ou négatifs feraient monter en flèche les prix des logements. Des taux hypothécaires négatifs peuvent sembler improbables, mais nous les avons déjà observés au Danemark.

Les effets sur le marché boursier sont discutables. Certains analystes pensent que des taux négatifs feraient monter les valeurs boursières, en particulier celles des titres qui versent des dividendes. D'autres considèrent les taux négatifs comme un facteur dépressif, car ils annoncent des temps plus difficiles à venir. Les marchés européens et japonais n'ont pas été très performants ces dernières années, mais ils ont raisonnablement bien résisté jusqu'à la récente liquidation.

En bref, nous nous dirigeons vers un territoire inconnu et personne ne peut vraiment en prédire les conséquences, surtout si les taux négatifs deviennent une partie intégrante de la politique monétaire nord-américaine pendant un certain temps.

Donc, pour revenir à la question du lecteur, où investissez-vous dans ces circonstances? Les obligations, l'immobilier et l'or semblent être les meilleurs choix. Les actions sont problématiques, bien que j'aime les actions de qualité, qui versent des dividendes à tout moment. Si vous n'aimez aucune de ces options, gardez des espèces, même si votre compte ne rapporte aucun intérêt. C'est mieux que d'investir pour une perte garantie

Pour plus d'informations et les dernières mises à jour sur cette histoire qui évolue rapidement, consultez le site www.BuildingWealth.ca.

M. Gordon Pape fait partie des experts en investissement et des commentateurs de finances personnelles les plus connus du Canada. Il est l'éditeur des bulletins d'information The Internet Wealth Builder et The Income Investor qui sont disponibles à travers le site Web Building Wealth.

Suivez Gordon Pape sur Twitter à l'adresse https://twitter.com/GPUpdates et sur Facebook à l'adresse www.facebook.com/GordonPapeMoney.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2020 par Forum des Fonds. Tous droits réservés.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés présentent un risque de perte et aucune garantie de performance n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Demandez toujours conseil à votre propre conseiller financier avant de prendre des décisions en matière d'investissement.