Fonds d'actions privilégiées à gestion active : gagnants et perdants

07-29-2021
Fonds d'actions privilégiées à gestion active : gagnants et perdants

L'approche active peut-elle réellement améliorer la performance?

 

Les fonds d'actions privilégiées se sont en moyenne très bien comportés pendant la pandémie, qui a commencé par la forte baisse de deux mois en février et mars 2020 et s'est poursuivie jusqu'à la fin juin 2021. Les fonds de cette catégorie ont chuté en moyenne de 24 % lors du repli initial, ce qui les place au sixième rang de toutes les catégories, mais ils se sont ressaisis au cours des 15 mois suivants avec un rendement moyen de plus de 57 %. Au 30 juin, la catégorie affiche un rendement net de 21 % sur 17 mois, tous les fonds ayant enregistré un rendement positif au cours de cette période.

Bien qu'un rendement non négatif soit le premier objectif des investisseurs, l'objectif à long terme est de faire croître les investissements au meilleur taux possible. L'un des choix les plus importants dans la construction d'un portefeuille moderne consiste à mettre en balance le coût plus élevé de la gestion active et le coût plus faible de la performance passive du marché.

L'éternelle question

L'un des fonds indiciels disponibles dans la catégorie des titres à revenu fixe à actions privilégiées est le FNB iShares S&P/TSX Canadian Preferred Share Index ETF (TSX: CPD). Ce FNB suit l'indice des actions privilégiées S&P/TSX, qui offre une exposition au marché canadien des actions privilégiées. Son rendement pendant la pandémie correspond à la moyenne de la catégorie.

Cet indice, qui est l'un des plus reconnus pour représenter le vaste marché des fonds privilégiés canadiens, sert de référence à de nombreux fonds de cette catégorie, dont les quatre que nous allons examiner ici. Ce sont tous des fonds privilégiés canadiens gérés activement. Deux d'entre eux sont les plus performants sur la période, et deux sont à la traîne par rapport aux autres fonds de leur catégorie.

S'il est vrai que tous les fonds privilégiés ont bien résisté à la pandémie, la question est la suivante : La gestion active a-t-elle aidé ou nui? Dans les cas où elle a nui, les investisseurs auraient mieux fait d'acheter et de conserver l'indice. Dans le cas contraire, on pourrait s'attendre à ce qu'un gestionnaire compétent réduise les pertes lors de la correction ou améliore les rendements lors de la reprise.

Le graphique 1 montre comment les cinq fonds ont fait fructifier un investissement de 10 000 $ depuis le début de février 2020.

Bien qu'il s'agisse d'une période relativement courte (17 mois), les deux meilleurs fonds, avec des rendements totaux de 31,3 % et 30,6 %, ont clairement surpassé à la fois l'indice (20,2 %) et les pairs retardataires (moyenne de 17,3 %). De manière assez surprenante, ils n'ont pas moins souffert de la correction de février-mars. En fait, les deux premiers fonds ont baissé davantage que l'indice de référence. Ce qui a consolidé leur position au sommet est leur performance ultérieure lors de la reprise.

Le détail des données révèle les secrets de cette performance

Le tableau 1 permet d'obtenir plus de détails sur les rendements et la composition des fonds, en résumant le degré de gestion active, le coût associé et le rendement minimum, ainsi que le rendement excédentaire généré par rapport à l'indice, tel que développé par le Dr Martijn Cremers. Pour un rappel sur la façon dont ces données sont calculées, veuillez consulter mon article précédent sur l'analyse de la gestion active.

Bien qu'à 66 %, il ait la deuxième plus faible part active des quatre fonds, le FNB à gestion active d'actions privilégiées TD (TSX: TPRF) a un RFG de 0,51 %, à peine supérieur à celui de l'indice, ce qui fait qu'il n'y a effectivement aucun rendement minimum et que toute performance supérieure à celle de l'indice se retrouve directement dans le résultat net. Cette performance excédentaire résulte en un bon 8,46 %. Le fonds combine avec succès les meilleures caractéristiques de la gestion passive (faible coût) et de la gestion active (rendement excédentaire) pour offrir aux investisseurs un produit de premier ordre qui a réussi à traverser la pandémie.

De même, le Fonds canadien d'actions privilégiées Purpose (NEO: RPS) a enregistré un rendement annualisé de 7,3 %, supérieur à celui de l'indice. Ce rendement a été réduit par un taux butoir de 1,6 %, plus élevé en raison de son RFG de 1,67 %. Le RFG plus élevé, cependant, peut être justifié par une part active de 73 %, la plus élevée du groupe. En termes de rendement excédentaire net (rendement excédentaire moins le taux butoir), le fonds à gestion active termine quelques points de pourcentage derrière TPRF, mais il ne s'agit que d'un petit échantillon destiné à examiner une période de temps spécifique et il se peut qu'il ne reflète pas la tendance à long terme.

Cela vaut également pour les deux fonds de suivi (FS1 et FS2), que j'utilise uniquement à des fins d'illustration et que je n'ai pas identifiés par leur nom. Bien qu'il s'agisse d'un petit échantillon dans l'ensemble, nous pouvons examiner le détail de la performance de ces deux fonds pendant la pandémie et identifier certains facteurs potentiels qui ont influencé leur performance.

Il est intéressant de noter que FS1 et FS2 arrivent tous deux à des rendements excédentaires négatifs nets similaires (-2,91 % pour FS1 et -3,03 % pour FS2) mais pour des raisons différentes. Dans le cas de FS1, un RFG élevé (<2 %) et un chevauchement important avec l'indice (52 %) entraînent un coût élevé de la partie du portefeuille gérée activement (3,41 %) et un taux butoir en conséquence (2,91 %). Sans rendement excédentaire par rapport à l'indice, la performance ne justifie pas le coût supplémentaire et réduit le rendement global.

D'autre part, FS2 a un RFG beaucoup plus faible (<1 %) et une part active élevée (71 %), ce qui produit un coût de gestion active plus faible (1,05 %) et par conséquent un taux butoir plus faible pour le portefeuille actif (0,55 %). Il s'agit d'attributs positifs lorsqu'ils sont associés à un rendement excédentaire positif; toutefois, un fonds n'est pas récompensé du simple fait qu'il est géré activement. Si la gestion active crée des vents contraires pour les rendements, il importe peu de savoir si elle est rentable.

Enfin, j'aimerais aborder rapidement la "durée de conviction", un autre aspect important de la gestion active, qui est représentée par la durée moyenne pondérée de détention. Je l'ai examiné pour chaque fonds, mais étant donné la courte période de temps, cela ne semblait pas particulièrement pertinent. Toutes les durées étaient relativement similaires, ne différant que de quelques mois. L'indice lui-même avait en fait la durée la plus élevée pour la période, soit environ 15 mois.

John Krisko, CFA, BAA, est gestionnaire des opérations analytiques et des données à Fundata Canada Inc. Il est également vice-président du comité canadien des standards des fonds d'investissement (CIFSC).

Remarques et avis de non-responsabilité

© 2021 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Des commissions, frais de gestion et dépenses peuvent être associés aux placements de fonds négociés en bourse (FNB). Veuillez lire le prospectus simplifié avant d’investir. Les FNB ne sont pas garantis et ne sont pas assurés par la Société d’assurance-dépôts du Canada ni par tout autre organisme d’assurance-dépôts gouvernemental. Rien ne garantit que le fonds pourra maintenir sa valeur liquidative par part à un montant constant ni que le montant entier de votre placement dans le fonds vous sera remis. Les valeurs des fonds changent fréquemment et leur rendement passé n'est pas garant de leur rendement futur. Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Aucune garantie de rendement n'est faite ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux.