Les FNB ciblés sur l’Inde affichent de solides rendements

11-27-2023
Les FNB ciblés sur l’Inde affichent de solides rendements

L’impasse politique pose un risque

 

Lorsque le premier ministre Justin Trudeau s’est levé à la Chambre des communes pour accuser l’Inde de complicité dans le meurtre d’un citoyen canadien en juin, il a rendu glacial les relations entre les deux pays.

M. Trudeau n’a pas fourni de preuve à l’appui de l’accusation, vraisemblablement pour des raisons de sécurité. Cela a amené les Canadiens à se demander quels renseignements le SCRS, la GRC ou nos alliés lui avaient transmis et qu’il jugeait si convaincants qu’il devait faire une déclaration publique.

Ce que nous savons, c’est que le gouvernement indien a été furieux. L’Inde a ordonné à des dizaines de diplomates canadiens de quitter le pays, a émis une mise en garde contre les voyages au Canada, a suspendu l’émission de visas pendant plusieurs semaines, a gelé les négociations commerciales, et a généralement dénigré notre pays à chaque occasion.

Quoi qu’il en soit, une chose est certaine. Tout cet imbroglio est une mauvaise nouvelle pour l’économie canadienne. L’Inde a maintenant la plus grande population au monde. C’est une puissance croissante, tant sur le plan politique qu’économique. Dans un rapport publié le mois dernier, le Fonds monétaire international a fait passer de 6,1 % à 6,3 % ses prévisions de croissance en Inde pour l’exercice en cours. C’est plus que ce que l’on prévoit pour la Chine.

Avant la déclaration de M. Trudeau, le Canada avait désigné l’Inde comme « un marché prioritaire ». Le site Web du gouvernement du Canada indique que les relations entre les pays ont été « fondées sur des traditions communes de démocratie, de pluralisme et de solides liens interpersonnels ».

L’an dernier, l’Inde était le dixième partenaire commercial le plus important du Canada, et Ottawa espérait poursuivre sur cette lancée en travaillant à la conclusion d’accords économiques et d’investissements.

Cela était considéré comme un objectif clé de la politique étrangère, et avec raison. Selon le ministère indien du Commerce et de l’Industrie, les échanges commerciaux extérieurs ont représenté près de 1,2 billion de dollars américains au cours de l’exercice 2022-2023. De ce montant, 714 milliards étaient des importations. La part du Canada était si faible qu’elle ne se classait même pas parmi les 10 principaux importateurs de l’Inde. L’an dernier, la Chine s’est classée au premier rang, avec des exportations de plus de 90 milliards de dollars américains vers l’Inde.

Ottawa avait accordé la priorité à l’établissement de meilleures relations commerciales dans un large éventail de domaines, y compris l’énergie nucléaire, la science et la technologie, l’agriculture, l’énergie, les transports et l’aviation civile. Mais après les événements du mois dernier, ne vous attendez pas à un rapprochement avant longtemps – peut-être jusqu’à ce qu’il y ait un changement de régime dans les deux pays.

Pendant ce temps, les investissements internationaux se multiplient en Inde. Selon The Wall Street Journal, les étrangers ont placé 8,3 milliards de dollars américains dans des fonds d’actions indiennes entre janvier et août de cette année, soit le montant le plus élevé jamais enregistré pour la période. Le marché boursier de l’Inde est en plein essor, surtout par rapport à la Chine, qui fut longtemps la locomotive économique.

Deux FNB ciblés sur l’Inde

Tout cela crée un dilemme pour les investisseurs. Voulez-vous investir en Inde à l’heure actuelle, compte tenu de l’incertitude créé par les accusations du premier ministre? Si c’est le cas, il y a deux FNB canadiens qui valent la peine d’être envisagés.

Le premier est le FNB iShares India Index ETF (TSX: XID). Il investit dans un portefeuille de sociétés à grande capitalisation conçues pour suivre l’indice « nifty fifty » de l’Inde. Le fonds a été créé en janvier 2010 et il gère un actif d’environ 73 millions de dollars. Son RFG est élevé pour un fonds passif, à 1,08 %.

Malgré le coût élevé, les rendements sont très bons. Le Fonds affiche un taux de rendement annuel composé moyen de 12,26 % sur 10 ans (jusqu’au 30 septembre). Bien que les marchés nord-américains aient été durement touchés en 2022, ce FNB a perdu moins de 1 %.

D’après ces résultats et les prévisions de croissance de l’économie indienne, XID semble prometteur pour ceux qui recherchent des gains en capital. Cependant, les investisseurs à revenu devraient regarder ailleurs. Le fonds ne verse des distributions qu’une fois par année, en décembre, et normalement, elles sont minimes ou nulles. La seule exception récente étant 2021, lorsque le versement a été de 3,11 $ par unité.

Le FINB BMO MSCI India ESG Leaders Index ETF (TSX: ZID) adopte une approche différente. Il suit l’indice MSCI India ESG Leaders, qui, à son tour, est fondé sur l’indice MSCI India d’actions à moyenne et à grande capitalisation. Cela en fait un fonds socialement responsable avec des filtres qui excluent les entreprises qui tirent des revenus importants du tabac, de l’alcool, du jeu, des armes et de l’énergie nucléaire.

Le fonds a été créé en janvier 2010 et a un actif sous gestion de 107 millions de dollars, avec un RFG de 0,67 %. Les distributions sont effectuées chaque année en décembre, mais elles ne représentent habituellement pas grand-chose.

Le portefeuille compte 47 actions, pondérées par la capitalisation boursière. Les positions les plus importantes sont dans Reliance Industries (17,7 %) et Infosys (12,09 %), qui ensemble représentent près d’un tiers du portefeuille. Les secteurs les plus représentés sont les technologies de l’information (29,48 %), les services financiers (20,33 %) et l’énergie (17,93 %).

À long terme, ce FNB a surpassé XID, avec un taux de rendement annuel composé moyen sur 10 ans d’un peu moins de 15 %. Mais il est important de noter que le mandat initial était très différent de l’orientation actuelle des facteurs ESG. Récemment, ZID a sous-performé XID, perdant 4,43 % en 2022.

En résumé, si vous préférez investir votre argent dans des actifs dont la cote ESG est élevée, choisissez ZID. Si les gains en capital sont votre objectif principal, XID est le meilleur choix.

M. Gordon Pape fait partie des experts en investissement et des commentateurs de finances personnelles les plus connus du Canada. Il est l’éditeur des bulletins d’information The Internet Wealth Builder et The Income Investor qui sont disponibles à travers le site Web Building Wealth.

Suivez Gordon Pape sur X à l’adresse X.com/GPUpdates et sur Facebook à l’adresse www.facebook.com/GordonPapeMoney.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2023 par Gordon Pape. Tous droits réservés. Ce qui précède est à des fins d’information générale uniquement et n’engage que l’opinion de l’auteur. Les titres mentionnés présentent un risque de perte et aucune garantie de performance n’est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Demandez toujours conseil à votre propre conseiller financier avant de prendre des décisions en matière d’investissement.

Image: iStock.com/guirong hao