Les FNB de la crise

03-31-2020
Les FNB de la crise

Se protéger de la tempête

 

Le 9 mars a marqué le 30ème anniversaire de la naissance des fonds négociés en bourse (FNB). Ce que beaucoup de gens ne savent pas, c'est le que le Canada était le pays à l'origine de ce qui est devenu un phénomène de placement international.

Le tout premier FNB était connu sous le nom de Toronto Index Participation Fund (TIPS). Il suivait la performance de ce qui constituait l'indice TSE 35, qui mesurait la performance des 35 plus larges entreprises de la Bourse de Toronto. Les premières parts ont commencé à se négocier le 9 mars 1990.

À l'époque, peu d'investisseurs seulement étaient intéressés. Mais cela a changé lorsque des gestionnaires de patrimoine proéminents tels que John Bogle (fondateur du Groupe Vanguard), ont commencé à promouvoir agressivement le faible coût, la transparence et la simplicité de ces nouveaux titres. Les investisseurs n'avaient plus à payer de larges commissions ou frais de suivi associés aux fonds communs de placement. Les FNB pouvaient être achetés et vendus par le biais de courtiers à escompte sur un simple clic.

Cela a pris du temps, mais le concept a éventuellement fini par s'imposer. Selon Fundata Canada, il y a maintenant plus de 840 FNB cotés au Canada, ce qui représente plus de 211 milliards de dollars d'actifs sous gestion (AUM) au 31 janvier.

En termes d'actifs sous gestion, les fonds communs de placement sont encore largement en tête. Mais les FNB connaissent une croissance plus rapide. Selon l'Institut des fonds d'investissement du Canada, les actifs des fonds communs de placement ont augmenté de 12,5 % au cours de l'année qui s'est terminée le 31 janvier. Les actifs des FNB ont augmenté de 28,5 %.

Les premiers FNB visaient à reproduire la performance d'indices largement suivis, tels que le Dow Jones Industrial Average et l'indice composé S&P 500. Vos profits ou vos pertes étaient directement liés à la performance des indices sous-jacents. Si vous avez de l'argent dans l'un de ces FNB aujourd'hui, vous connaissez la douleur qu'un effondrement du marché peut infliger.

Mais ces FNB se sont diversifiés au fil des ans. Il existe toute une série d'options, dont certaines offrent une protection contre les tempêtes de marché que nous connaissons actuellement (comme le démontre l'article de Nash Swamy du 30 mars sur Forum des Fonds). Voici quelques FNB qui pourraient faire bonne figure dans n'importe quel portefeuille en ce moment.

iShares Core Canadian Universe Bond Index ETF (TSX: XBB). Ce fonds suit la performance de l'ensemble du marché obligataire canadien de catégorie investissement, y compris les émissions des gouvernements et des entreprises. Il a tendance à réaliser de bonnes performances lorsque les taux d'intérêt baissent, comme c'est le cas actuellement, alors que les banques centrales luttent pour faire face au choc du coronavirus. Le coût annuel est d'un minimum de 0,1 %.

iShares Core U.S. Aggregate Bond ETF (NYSE: AGG). Il s'agit de l'équivalent américain du FNB XBB, sauf qu'il suit le marché obligataire américain. Il est encore moins cher à posséder, avec un ratio de frais de seulement 0,05 %.

SPDR Gold Shares (NYSE: GLD). C'est le plus grand FNB axé sur l'or au monde. L'or a été vendu récemment, les investisseurs ayant levé des fonds, les craintes de déflation s'étant concrétisées et le dollar américain s'étant envolé. Mais ce métal précieux est largement considéré comme un placement sûr en période de crise, tel que c'est le cas actuellement. Les frais de gestion s'élèvent à 0,4 %.

FNB BMO équipondéré services aux collectivités (TSX: ZUT). Certaines actions se portent mieux que d'autres sur les marchés en baisse. Les services publics ont assez bien résisté à l'effondrement général des marchés car ils sont sensibles aux taux d'intérêt. Lorsque les taux augmentent, ils en souffrent. Mais lorsque les taux baissent, ces actions ont tendance à conserver leur valeur ou à augmenter leur cours. Ce FNB investit dans un portefeuille de 16 sociétés canadiennes du secteur des services publics, y compris Fortis, Brookfield Renewable Partners, Boralex, Algonquin Power & Utilities, Hydro One et Canadian Utilities. Il a gagné 35,8 % en 2019. Le ratio des frais de gestion est de 0,61 %.

FNB d'épargne à intérêt élevé CI First Asset (TSX: CSAV).Vous ne deviendrez pas riche avec ce FNB, mais si votre objectif est de préserver ce que vous avez et de gagner un certain intérêt au passage, alors ce nouveau fonds vaut le coup d'œil. L'argent est investi dans des comptes d'épargne à intérêt élevé auprès de cinq banques canadiennes - CIBC, RBC, BMO, Banque Scotia et Banque nationale - à des taux négociés supérieurs à la moyenne. Le prix de l'unité ne bouge pratiquement jamais de la fourchette de 50,00 à 50,10 dollars, mais vous recevez des distributions mensuelles, la plus récente étant de 0,0807 $ par unité. Les frais de gestion sont de 0,14 %. Ce fonds n'a rien de passionnant, ce qui en fait un bon choix pour ceux qui souhaitent un peu de stabilité dans leur vie financière.

Pour plus d'informations et les dernières mises à jour sur cette histoire qui évolue rapidement, consultez le site www.BuildingWealth.ca.

M. Gordon Pape fait partie des experts en investissement et des commentateurs de finances personnelles les plus connus du Canada. Il est l'éditeur des bulletins d'information The Internet Wealth Builder et The Income Investor qui sont disponibles à travers le site Web Building Wealth.

Pour plus d'informations sur les abonnements aux bulletins d'informations de Gordon Pape, consultez le site Web Building Wealth.

Suivez Gordon Pape sur Twitter à l'adresse https://twitter.com/GPUpdates et sur Facebook à l'adresse www.facebook.com/GordonPapeMoney.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2020 par Forum des Fonds. Tous droits réservés.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés présentent un risque de perte et aucune garantie de performance n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Demandez toujours conseil à votre propre conseiller financier avant de prendre des décisions en matière d'investissement.