L’Or – le grand diversificateur

11-29-2023
L’Or – le grand diversificateur

Les actions aurifières offrent une opportunité d’effet de levier sur le prix de l’or

 

La plupart des catégories d’actif ont produit des résultats décevants cette année. Les actions technologiques américaines à grande capitalisation, connues sous le nom de « The Magnificent Seven » (auparavant FAANG+), font exception. Il s’agit d’Apple, d’Amazon.com, d’Alphabet, de Meta Platforms, de Microsoft, de Nvidia et de Tesla. Elles ont été stimulées par l’engouement pour l’intelligence artificielle (IA).

Leurs capitalisations boursières comprennent plus de 25 % de l’indice composé S&P 500 et 30 % de l’indice composé NASDAQ. Le S&P 500 est en hausse de 12,5 % et le Nasdaq de plus de 28 % cette année. Cependant, l’indice S&P 500 à pondération égale, où chaque action a une pondération égale de 0,2 % de l’indice, est légèrement en baisse.

L’indice composé S&P/TSX 60 a reculé de 4 % pour l’année, tandis que l’indice MSCI EAEO (Europe, Australasie et Extrême-Orient) a légèrement progressé de 1,5 %.

Les obligations d’État perçues comme des valeurs refuges ont connu leur quatrième pire année au cours des trois derniers siècles en 2022. Les obligations du Trésor américain de référence sur 10 ans ont perdu plus de 20 % de leur valeur, et nous constatons un autre rendement négatif cette année. Le FNB iShares Core Canadian Universe Bond ETF a reculé de 3,7 % cette année, et le FNB Core Canadian Long Term Bond ETF a reculé de plus de 7,5 %.

Comparez ces résultats au rendement annuel de 9,3 % du SPDR Gold Shares ETF (NYSE: GLD). Ses unités représentent chacune un dixième d’once d’or. L’or est de retour à son sommet record de plus de 2 000 $ US l’once, qu’il a brièvement atteint en 2020 et de nouveau après l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022.

Les actions des sociétés minières d'or agissent généralement comme une stratégie à effet de levier sur le prix de l'or, car toute augmentation (ou diminution) du cours du métal chute directement dans leur résultat net. Leurs résultats cette année ont été décevants, le FNB iShares S&P/TSX Global Gold Index ETF (TSX: XGD) ayant perdu 0,5 %. Mais le rendement opérationnel réel des exploitants de mines d’or a été solide, et selon certaines mesures, les sociétés minières d'or sont aussi abordables par rapport à l'or ou à l'argent qu'elles ne l'ont été depuis de nombreuses années.

Alors que les investisseurs des économies occidentales ont continué de vendre à la baisse leurs avoirs en or, avec plus de 400 tonnes rachetées à GLD cette année, les banques centrales étrangères de Chine, d’Inde, de Russie et du Brésil n’ont cessé d’acheter.

L’or en tant que diversificateur

L’argument en faveur d’une position significative dans l’or ou les sociétés aurifères (5 à 10 %) dans votre répartition de l’actif est qu’elle agit sur la diversification, car l’or n’est pas particulièrement corrélé avec les obligations, les actions ou les liquidités. L’an dernier, par exemple, l’or a stagné, tandis que les actions et les obligations ont chuté de 20 % ou plus. Cette année, l’or a augmenté de près de 10 %, tandis que les actions (à l’exclusion des « Magnificent seven ») et les obligations sont stables. Bien sûr, cela fonctionne dans les deux sens. L’or a atteint 1 850 $ l’once en 2011, avant de chuter à 1 150 $ l’once en 2015, tandis que les cours des actions et les obligations augmentaient.

Cependant, les métaux précieux devraient être considérés comme une assurance contre l’incertitude géopolitique et économique, en partie parce que l’offre est limitée et ne peut être facilement augmentée (la production d’or croît d’environ 1 % à 2 % par année). Donc, même si l’or et l’argent ne sont pas une protection parfaite contre l’inflation, ils ont tendance à bien se porter lorsque les prix augmentent. C’est ce qui s’est produit dans les années 1970 lorsque le prix de l’or a été multiplié plus de 20 fois (35 $ l’once à 850 $ l’once) et dans les années 2000 lorsqu’il a été multiplié plus de 7 fois (250 $ l’once à 1 850 $ l’once). Les sociétés aurifières ont fait encore mieux que le métal sous-jacent en raison de l’effet de levier opérationnel que nous avons mentionné.

À l’époque où les riches investisseurs utilisaient les banques suisses comme dépositaires de leurs actifs, ils recommandaient toujours une pondération de 5 à 10 % pour l’or ou les actions aurifères, car la préservation du capital était leur principal objectif. Comme l’a dit l’humoriste américain Will Rogers pendant la Grande Dépression : « C’est le retour de votre capital qui est important, plus que le rendement de votre capital. »

L’or a été l’un des rares secteurs à se porter bien dans les années 1930, aidé par la dévaluation du dollar américain par le président Roosevelt, nous sommes passés de 20,67 $ à 35 $ l’once en 1934.

L’or a été considéré comme une réserve de valeur dans de nombreuses civilisations pendant plus de 4000 ans. En comparaison, le dollar américain a perdu plus de 90 p. 100 de sa valeur depuis la création de la Réserve fédérale en 1913, alors il semble certainement logique d’avoir une exposition à l’or. Il est vrai que l’or et l’argent ne génèrent aucun revenu, ce qui constitue un désavantage étant donné les taux d’intérêt de 5 % offerts sur les CPG et les obligations d’État. Mais de nombreuses actions aurifères versent des dividendes raisonnables, qui sont souvent liés au prix de l’or. Voici deux des plus importantes.

Franco-Nevada Corp.

Franco-Nevada Corp. (TSX: FNV) est la plus grande et la plus ancienne des sociétés de redevances et de flux de métaux précieux/pétrole et gaz, avec une capitalisation boursière de 32,7 milliards de dollars. Son portefeuille de redevances et de flux est diversifié géographiquement et en termes de différents types de métaux et d'énergie.

L'action a augmenté de plus de six fois depuis sa recommandation il y a plus d'une décennie, alors que le prix de l'or est essentiellement resté stable. Cela démontre les avantages du modèle de redevances, où la société reçoit des paiements de 0,5 % à 3 % pour chaque once de métal produite, sans être exposée aux augmentations de coûts ou aux perturbations de la production. Le cours a baissé de plus de 10 % depuis notre dernière revue en janvier et se situe 15 % en dessous de son plus haut historique de 210 $ atteint après l'invasion russe de l'Ukraine.

Les métaux précieux représentaient 78,6 % de ses revenus (64,8 % en or, 10,7 % en argent et 3,1 % en métaux du groupe du platine). 17,4 % supplémentaires provenaient du pétrole et du gaz, et le reste provenait du minerai de fer et d'autres actifs miniers.

Franco-Nevada offre un rendement en dividendes de 1 % et représente la manière la moins risquée de tirer parti d'une hausse des prix des métaux précieux et du pétrole et du gaz.

Agnico Eagle Mines Ltd.

Agnico Eagle Mines Ltd. (TSX: AEM) est la plus grande société minière d'or cotée au Canada et l'une des trois principales productrices de métaux précieux en Amérique du Nord. Le portefeuille d'Agnico comprend onze mines d'or situées dans des juridictions favorables à l'exploitation minière, dont huit au Canada, notamment Malartic, La Ronde et Macassa au Québec, ainsi qu'Amaruq et Meliadine au Nunavut. D'autres mines se trouvent en Finlande, au Mexique et en Australie.

Malgré une augmentation de sa production d'or de plus de 50 % au cours des cinq dernières années, Agnico n'a progressé que de 40 %, et se situe bien en dessous de son plus haut historique de 110 $ atteint lorsque le prix de l'or a franchi les 2 000 $ en 2020. Pour les neuf premiers mois jusqu'au 30 septembre, Agnico a produit 2,53 millions d'onces, comparativement à 2,33 millions pour la même période en 2022.

Agnico offre un rendement de 3,1 % et est attrayante en raison de sa production en augmentation constante, en partie grâce à deux acquisitions majeures réussies au cours des deux dernières années, de ses coûts bien maîtrisés et de l'emplacement de ses mines dans des juridictions politiquement stables.

Gavin Graham est un analyste financier chevronné, gestionnaire de fonds, ancien chef des placements de BMO Financial, et spécialiste des investissements internationaux, avec plus de 35 ans d'expérience dans la gestion mondiale des placements.

Remarques et clauses de non-responsabilité

Contenu © 2023 par Gavin Graham. Une version plus détaillée de cet article est d'abord parue dans The Internet Wealth Builder.Utilisée avec permission.

Les commentaires contenus ici sont fournis à titre d'information générale et ne devraient pas être considérés comme des conseils en investissement ou des offres ou sollicitations d'achat et/ou de vente de valeurs mobilières. Tous les efforts ont été faits pour assurer l'exactitude de ces commentaires au moment de la publication, cependant, l'exactitude ne peut être garantie. Il est recommandé aux investisseurs de consulter des professionnels pour obtenir des conseils en matière de placement.

Les opinions exprimées dans cette publication sont celles de l’auteur. Les placements en actions sont soumis à des risques, y compris le risque de perte. Aucune garantie d’exécution n’est faite ou implicite. Ce qui précède est fourni à titre d’information générale seulement. Ces renseignements ne visent pas à fournir des conseils personnalisés précis, y compris, sans s’y limiter, des conseils financiers, juridiques, comptables ou fiscaux.