Parlons argent et mariage

05-20-2021
Parlons argent et mariage

Paver la route financière vers le bonheur conjugal

 

Les couples débordés par l'organisation d'un mariage - surtout pendant les périodes de confinement lié à la pandémie - négligent souvent de parler d'argent. Ce n'est pas surprenant, puisque l'indice d'inconfort de Léger, un sondage sur les sujets les moins confortables à aborder pour les Canadiens, a révélé que près d'un quart des Canadiens ont placé l'argent en tête de liste. Mais une fois mariés, vous abordez la vie comme une entité économique, et les finances personnelles deviennent soudainement un élément important de votre vie commune. Vous ne voulez pas avoir de surprises, alors mettez de côté toutes vos réserves et parlez-en avant d'échanger vos vœux.

1. Objectifs

Il est important de parler de vos objectifs à long terme - par exemple, avoir des enfants, les options en matière de garde d'enfants, l'endroit où vous vivrez, l'impact sur les dépenses et les revenus. Découvrez comment votre partenaire gère ses dépenses et ses économies. Sont-ils responsables en matière de crédit et de dettes? Que pensent-ils d'un budget familial? Qui se chargera de la comptabilité familiale, de l'hypothèque ou des factures de service? Ces questions peuvent être considérées comme étant des détails, mais j'ai pu voir ce genre de choses devenir un problème majeur chez les couples.

2. Actifs

Établissez les actifs que chacun de vous apporte au mariage. Qu'est-ce que chacun de vous possède et doit? Y a-t-il des biens dont la propriété et les bénéficiaires sont précisés, comme des REER ou des fiducies? Une fois que vous êtes mariés, l'actif et le passif sont partagés.  Assurez-vous de tout mettre sur la table dès maintenant. Rencontrez vos conseillers financiers et juridiques respectifs pour régler les détails des bénéficiaires des comptes d'épargne libre d'impôt, par exemple, et mettez à jour vos testaments.

Souvent, les couples remariés ont des comptes en banque et de crédit séparés mais détiennent un compte conjoint pour les dépenses familiales. Si vous ou votre futur conjoint possédez déjà des problèmes de crédit, il vaut mieux les séparer et les résoudre à part, avant de tout mettre sur un compte en banque ou de crédit conjoint.

Aussi souvenez-vous; dans un mariage, chaque investissement, bien immobilier ou intérêt commercial que vous détenez conjointement devient la propriété égale des deux parties. C'est un facteur important à prendre en compte si votre futur conjoint possède des créanciers secrets ou si le mariage prend fin.

3. Styles d'investissement

Vous pouvez tous deux être des investisseurs actifs avec des styles agressifs. Il est très probable, cependant, que l'un sera plus conservateur avec un niveau de tolérance au risque plus faible que l'autre. Vous devrez travailler avec votre planificateur financier pour élaborer un plan qui englobe tous vos actifs combinés en tant que portefeuille total, et appliquer les principes de diversification prudente des actifs à l'ensemble de votre valeur nette combinée pour élaborer un plan qui englobe tous vos actifs combinés et satisfait vos deux styles d'investissement.

4. Assurance

Les jeunes mariés, en particulier les jeunes couples, n'ont généralement pas d'assurance-vie. Les jeunes célibataires n'ont généralement pas besoin d'en avoir une, car ils ont généralement peu ou pas d'actifs et aucune personne à charge. Mais pour un couple marié, il est logique d'avoir une certaine forme d'assurance-vie temporaire. C'est la forme d'assurance la plus économique et elle offre un bon niveau de protection. Par exemple, l'assurance-vie temporaire de 10 ans est la plus courante, et peut être rendue encore plus économique pour un couple avec une police conjointe premier décès.

Les couples qui ont déjà une couverture d'assurance devraient discuter du changement de bénéficiaire de leurs polices respectives et pourraient vouloir augmenter leur couverture, surtout s'ils prévoient de fonder une famille. Ils devraient également examiner toute assurance maladie complémentaire et invalidité existante pour voir si la police de l'un ou de l'autre offre une couverture pour le conjoint. Et cela pourrait constituer de grosses économies sur les primes.

5. Envisagez un accord prénuptial

Si chaque partenaire apporte des actifs (ou des passifs) considérables à l'union, généralement dans le cas d'un second mariage, il peut être utile d'envisager un contrat prénuptial pour mettre tout par écrit. Ce type de document juridique précise tout ce que vous souhaitez faire du point 1 au point 3 ci-dessus, et protège vos intérêts juridiques dans le cas d'une dissolution de mariage ou si des réclamations sont faites par la suite, concernant les actifs que vous avez apportés au mariage. Vous aurez besoin d'un avocat pour rédiger ce type de contrat ou toute autre forme de document spécifiant vos intérêts respectifs pour divers types d'actifs.

6. Consultez un planificateur financier

Un bon planificateur financier aidera les couples à identifier et à régler ces questions et bien d'autres questions financières avant le mariage, afin qu'elles ne deviennent pas problématiques par la suite. Il vous aidera à établir un plan, à constituer un portefeuille d'investissement, à vous guider en matière de polices d'assurance, de fiscalité et de planification successorale afin d'atteindre vos objectifs financiers à court et à long terme.

Mme Robyn Thompson, CFP, CIM, FCSI, est la fondatrice de Castlemark Wealth Management, une société de services financiers spécialisée dans la gestion de patrimoine pour les personnes et les familles nanties. Pour une consultation de planification individuelle, veuillez la contacter par téléphone au 416-828-7159 ou par courriel à rthompson@castlemarkwealth.com.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2021 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés sont à titre indicatif et peuvent comporter des risques de perte. Aucune garantie de rendement n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, les conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Veuillez contacter l'auteur de l'article si vous souhaitez discuter de circonstances particulières.