Réfléchissez-y à deux fois avant de chercher la « sécurité »

03-27-2020
Réfléchissez-y à deux fois avant de chercher la « sécurité »

Ne désinfectez pas votre portefeuille au point de le faire disparaître

 

Nous lisons beaucoup de choses au sujet de la « ruée vers la sécurité » dans les marchés et en ce qui concerne les placements. Espèces, CPG, bons du Trésor et obligations font fureur auprès des investisseurs anxieux et paniqués. C'est compréhensible, bien sûr, puisque la pandémie du virus COVID-19 répand la peur et la panique à travers les marchés financiers mondiaux comme un effet secondaire désagréable. Mais est-ce la bonne chose à faire que de se ruer maintenant vers la sécurité?

Les personnes ayant des économies engagées dans des portefeuilles de placement à long terme, principalement pour la planification de la retraite, sont extrêmement préoccupées par l'effet du krach boursier sur leurs objectifs de valeur nette à long terme. Beaucoup ont décidé de liquider leurs avoirs en actions et même leurs actifs à revenu fixe, et de se tourner entièrement vers les liquidités - c'est-à-dire vers des instruments très liquides tels que les dépôts bancaires et les fonds du marché monétaire (bons du Trésor).

La vraie question est, pourquoi maintenant? N'aurait-il pas été plus logique de le faire il y a quelques mois, quand les indices boursiers atteignaient des sommets records et que les évaluations boursières étaient poussées à leurs limites ? Ou mieux encore, n'aurait-il pas été judicieux de passer à plus de liquidités immédiatement après l'inversion de la courbe des rendements en août dernier ? Ces marqueurs ne sont pas seulement un exemple de rétrospection. Des gestionnaires de placement expérimentés les utilisent avec succès depuis des décennies pour ajuster les portefeuilles à des positions plus défensives avant que la tempête (quelle qu'elle soit) ne frappe.

Le psychologue Abraham Maslow a proposé une réponse dans une théorie qu'il a émise en 1943. Son hypothèse initiale posait une hiérarchie de cinq niveaux de besoins humains qui nous motivent. Conçue comme une pyramide, il déclaré qu'en partant de la base, les déficits à chaque niveau de besoin devraient être largement satisfaits avant que le niveau suivant ne soit atteint.

Les carences en matière de besoins physiologiques (nourriture, eau et logement) devaient être satisfaites avant toute autre chose. Ce sont des facteurs de motivation assez forts. Mais le niveau suivant, selon Maslow, était le besoin de sécurité (sûreté, ordre, loi, stabilité et absence de peur). Ce n'est qu'après avoir largement comblé les lacunes de ces deux niveaux de base que l'homme pourra répondre à ses besoins d'amour/appartenance, d'estime et de réalisation de soi.

Il n'est pas nécessaire de réfléchir longuement pour se rendre compte qu'à l'heure actuelle, le besoin de sécurité est la préoccupation primordiale qui motive les hommes. Chaque action dans l'environnement actuel, de la « distanciation sociale » à l'auto-isolement et au lavage fréquent des mains, répond à ce besoin fondamental de sécurité. Et, paradoxalement, il en va de même de la vente d'actifs de placement plus risqués comme les actions, et du passage à des actifs « refuge » après que les marchés se soient déjà effondrés et que l'argent intelligent ait depuis longtemps fait des bénéfices. Le désir de fuir, de trouver la sécurité, d'abandonner le Titanic avant qu'il ne coule, est presque écrasant. Mais, en fait, c'est peut-être le pire moment pour abandonner votre portefeuille et chercher la « sécurité ».

Pendant les périodes particulièrement redoutables, comme nous le constatons actuellement, il est préférable, dans un premier temps, de revoir votre plan financier et de revoir vos objectifs d'investissement afin de vous assurer que votre portefeuille d'investissement est toujours conforme à vos objectifs. Si c'est le cas, vous devriez pouvoir surmonter la tempête.

Oui, il est presque certainement difficile, sur le plan émotionnel, de s'en tenir à son plan et de garder son investissement. (Après tout, vous luttez contre ce besoin « Maslovien » invétéré de « sécurité ».) C'est difficile à faire quand toutes vos informations et vos flux de médias sociaux crient au « krach du marché ». Mais n'oubliez pas que la vente motivée par la panique ne vous laissera que plus de doutes et de craintes – des doutes sur le fait que vous avez fait la bonne chose lorsque les marchés décolleront à nouveau (et ils le feront), et la crainte de perdre les gains les plus importants, qui se produisent généralement au début d'une reprise ultérieure. Acheter et vendre lorsque les fluctuations du marché font la une des journaux ne fait qu'entraîner des coûts de transaction supplémentaires, crée d'éventuels problèmes fiscaux et freine vos rendements globaux à long terme. Mais si vous avez une stratégie d'investissement solide et un bon conseiller, faites-lui confiance pour faire son travail.

Le meilleur conseil, tant pour les investisseurs autonomes que pour ceux qui sont assistés par un conseiller, est de rester vigilant et de se concentrer sur le long terme. Investir est un processus qui dure toute la vie, et si vous deviez vendre à chaque fois que les marchés se corrigent (ou, oui, s'effondrent), les chances de revenir juste avant une reprise, un redressement ou un marché haussier sont minces.

Jouer intelligemment

Il est beaucoup plus prudent d'aborder les décisions relatives à votre portefeuille dans une perspective globale de répartition des actifs. Je veux dire par là que vous devez décider honnêtement de votre niveau de tolérance au risque. Ensuite, construisez un portefeuille diversifié comprenant des catégories de sécurité, de revenu et de croissance dans des proportions diverses qui reflètent votre niveau de confort en matière de risque. Et je ne préconise certainement pas la stratégie « d'acheter et de conserver » comme pour les portefeuilles purement indiciels. Vos gestionnaires de portefeuille seront généralement actifs et ajusteront les pondérations comme le permet le mandat du portefeuille pour refléter leur vision de l'évolution des conditions du marché, jusqu'à une allocation en espèces de 100 %. Mais leur travail consiste à le faire lorsque les signaux d'alerte commencent à clignoter, avant que le marché ne se corrige ou ne s'effondre dans une vague de vente de panique.

Consultez votre conseiller financier qualifié avant d'entreprendre toute démarche visant à vider entièrement votre portefeuille si tard dans la journée, juste pour pouvoir vous réfugier avec des sacs de billets et vous sentir en « sécurité ». Dans ce cas, il est vraiment logique de faire passer la « sécurité » en dernier.

Mme Robyn Thompson, CFP, CIM, FCSI, est la fondatrice de Castlemark Wealth Management, une société de services financiers spécialisée dans la gestion de patrimoine pour les personnes et les familles nanties. Pour une consultation de planification individuelle, veuillez la contacter par téléphone au 416-828-7159 ou par courriel à rthompson@castlemarkwealth.com.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2020 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés sont à titre indicatif et peuvent comporter des risques de perte. Aucune garantie de rendement n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, les conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Veuillez contacter l'auteur de l'article si vous souhaitez discuter de circonstances particulières.