Trouver un équilibre entre les styles de portefeuilles actifs et passifs

10-21-2021
Trouver un équilibre entre les styles de portefeuilles actifs et passifs

Raffiner votre stratégie de placement

 

La gestion de portefeuille « active » ou « passive » était autrefois assez simple. Les investisseurs actifs négociaient fréquemment des actions individuelles dans le but de battre le marché, tandis que les investisseurs passifs s'appuyaient sur des fonds communs de placement et des fonds négociés en bourse qui suivent un indice. Mais la ligne de démarcation entre actif et passif est devenue de plus en plus floue, avec l'arrivée des FNB qui sont gérés de manière partiellement ou totalement active.

Une gestion active tactique et stratégique

Les investisseurs actifs sont l'essence même du bricolage de portefeuille. C'est presque comme s'ils ne pouvaient pas s'en passer dans leur quête d'un ou deux points de rendement supplémentaires. Ils achètent et vendent des titres, y compris des fonds de placement, sur la base de critères spécifiques (souvent lorsqu'un objectif de prix a été atteint) et répartissent les actifs du portefeuille de manière tactique ou stratégique.

La répartition stratégique des actifs déplace les actifs au sein d'un portefeuille afin de respecter des objectifs prédéfinis. Par exemple, dans le cas d'un portefeuille orienté vers les placements de type croissance, vos actifs pourraient être répartis selon un ratio de 65 % d'actions et de 35 % de titres à revenu fixe.

Mais si la part d'actions de votre portefeuille (y compris les fonds communs d'actions et les fonds négociés en bourse) passe à 75 % en raison de la hausse des marchés boursiers, la part d'actions de votre portefeuille devra être rééquilibrée à 65 % pour être conforme à vos objectifs de placement initiaux. L'investisseur actif peut décider de vendre les 10 % d'actions excédentaires et d'acheter 10 % supplémentaires de titres à revenu fixe. C'est ce qu'on appelle une « politique de répartition stratégique de l'actif ».

La répartition tactique des actifs tente de tirer parti des mouvements à plus court terme des marchés. Il peut s'agir d'allouer des actifs dans différents secteurs pour tenter de réaliser des bénéfices à court terme en fonction de vos perspectives. L'investisseur peut aussi envisager de passer à une exposition de 90 % aux actions et de sous-pondérer les titres à revenu fixe pendant une courte période si ses recherches indiquent que les marchés sont sur le point de rebondir après une longue période de baisse. À l'inverse, l'investisseur pourrait passer à une pondération plus importante des liquidités et de ses avoirs à revenu fixe s'il avait le sentiment que les marchés allaient baisser ou se corriger.

Suivre passivement le marché

L'approche passive repose sur la conviction que le marché est généralement évalué de manière efficace et qu'il est donc inutile d'essayer de « battre » le marché, car à long terme, les rendements des portefeuilles « reviennent à la moyenne » - ils finiront de toute façon par refléter les rendements du marché large.

Avec l'approche de l'investissement passif, les investisseurs achètent simplement une partie de l'ensemble du marché au lieu d'essayer de déterminer quelle société ou classe d'actifs se portera mieux qu'une autre. 

Pour ce faire, l'investisseur achète une série de fonds communs de placement indiciels d'actions et de titres à revenu fixe ou de fonds négociés en bourse (FNB) qui reproduisent la performance d'un indice de marché, et les conserve tout simplement. Comme les FNB suivent généralement un indice sous-jacent et ne nécessitent donc aucune gestion continue, ils sont moins chers que les fonds communs de placement, avec un RFG moyen de 0,5 %, contre 2,5 % pour les fonds communs de placement gérés activement. Cela signifie que vous mettez 2 % de plus dans votre poche, et que vous obtenez une diversification parce que vous avez acheté l'ensemble du marché.

Des stratégies passives « actives »?

Mais le monde des FNB a radicalement changé, avec des FNB qui suivent des indices conçus pour imiter divers types de caractéristiques « actives », par exemple, en pondérant mécaniquement les positions en fonction des fondamentaux des bénéfices ou des estimations de la volatilité future, plutôt qu'en fonction de la capitalisation boursière pure comme le font les FNB traditionnels qui suivent les indices. Toute une industrie de l'investissement a vu le jour, dans laquelle les gestionnaires construisent « activement » des portefeuilles composés uniquement de FNB « passifs ». Cela réduit certainement les coûts, mais brouille la frontière entre les stratégies de placement « actives » et « passives ». Ces types de FNB sont-ils donc « actifs » ou « passifs »? Êtes-vous en train d'acheter ce que vous croyez être un investissement « passif », mais qui présente un risque plus élevé en raison de ses caractéristiques « actives »?

Comme vous pouvez le constater, l'approche passive comporte des risques de placement, comme c'est le cas pour toute stratégie d'investissement. Même avec des indices boursiers larges, si les marchés baissent fortement, votre portefeuille, de même, baissera.

De nombreux investisseurs ont résolu ce problème en employant une stratégie de base passive avec un complément actif. En utilisant cette approche, vous vous assurez une exposition aux marchés larges, tout un ajoutant un petit composant actif pour capturer les rendements excédentaires par rapport à la performance du marché.

Mme Robyn Thompson, CFP, CIM, FCSI, est la fondatrice de Castlemark Wealth Management, une société de services financiers spécialisée dans la gestion de patrimoine pour les personnes et les familles nanties. Pour une consultation de planification individuelle, veuillez la contacter par téléphone au 416-828-7159 ou par courriel à rthompson@castlemarkwealth.com.

Remarques et clauses de non-responsabilité

© 2021 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Ce qui précède est à des fins d'information générale uniquement et n'engage que l'opinion de l'auteur. Les titres mentionnés sont à titre indicatif et peuvent comporter des risques de perte. Aucune garantie de rendement n'est établie ou implicite. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, les conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux. Veuillez contacter l'auteur de l'article si vous souhaitez discuter de circonstances particulières.