Au-delà du conventionnel : Fonds de services financiers Dynamique

11-05-2019
Au-delà du conventionnel : Fonds de services financiers Dynamique

À la recherche de la qualité à prix raisonnable

 

Les sociétés financières constituent depuis longtemps l’un des produits de base de la plupart des portefeuilles canadiens, générant des rendements relativement stables par rapport à des secteurs plus volatiles tels que les ressources ou les métaux précieux. En effet, les fonds d'actions de services financiers en tant que groupe ont généré des rendements composés annuels moyens sur 3, 5 et 10 ans jusqu'au 30 septembre 2019, de 8,7 %, 7,3 % et 7,4 % respectivement, ce qui les plaçait systématiquement parmi les 10 meilleurs de plus de 50 catégories de fonds.

Alors que les taux d’intérêt sont à nouveau en baisse aux États-Unis et que la croissance économique mondiale est sur le point de s’essouffler, les marges des prêteurs commencent à se resserrer. Pour la période d'un an terminée le 30 septembre 2019, la moyenne de cette catégorie est tombée à seulement 1,9 % – 31ème dans le classement. Malgré le ralentissement, le Fonds Services financiers Dynamique continue de dominer la catégorie en matière de performance (avec rendements sur 1, 3, 5 et 10 ans de 6,4 %, 14,8 %, 11,5 %, 10,0 % respectivement) grâce à son penchant pour les gestionnaires de biens alternatifs au Canada et à l’étranger.

« Nous ne sommes pas des investisseurs axés sur la valeur ou la croissance; nous recherchons la qualité à prix raisonnable », a déclaré le gestionnaire de portefeuille Yassen Dimitrov de Gestion d'actif 1832 S.E.C. à Toronto. « L’univers des services financiers au Canada n’étant pas très vaste, nous investissons 50 % de notre actif ici, et 50 % sur des marchés américains ou mondiaux. Avoir cela, [cette exposition globale] est utile. »

Bien sûr, investir 50 % dans les services financiers canadiens signifie inévitablement détenir des actions de grandes banques. Trois des quatre principaux avoirs du fonds sont des banques (La Banque de Nouvelle-Écosse, La Banque Toronto Dominion et la Banque de Montréal). Mais M. Dimitrov cite toutefois Brookfield Asset Management Inc. (la cinquième position du fonds), établi à Toronto, comme exemple du type de titres alternatifs qu’ils recherchent afin d’améliorer les rendements globaux.

« Il y a deux choses qui se passent avec Brookfield », déclare Dimitrov. « Tout d’abord, nous avons des taux d’intérêt extrêmement bas au niveau mondial – ils sont en réalité négatifs en Europe et au Japon – de sorte que les prêteurs traditionnels ne peuvent plus générer de rendements suffisants… par rapport aux rendements des titres à revenu fixe. Les investisseurs à la recherche de rendements plus élevés doivent se tourner vers les capitaux privés. »

Deuxièmement, M. Dimitrov signale la tendance à la consolidation du secteur, ce qui a généré de forts rendements pour les entreprises capables de développer une taille suffisante pour attirer les investisseurs institutionnels. « Brookfield suit deux tendances : une augmentation des affectations dans les services financiers alternatifs et une concentration accrue. Ils sont dans la dizaine pour la croissance des flux de trésorerie, avec une forte croissance des partenariats et des [arrangements avec des] tiers. Et ils se négocient à une évaluation attrayante – 14 fois le bénéfice par rapport aux flux de trésorerie opérationnels à terme. »

De même, sur les marchés étrangers, M. Dimitrov se concentre ailleurs que sur le courant dominant. « Aux États-Unis et sur les marchés mondiaux, nous nous concentrons sur la technologie financière plutôt que sur les banques ou autres prêteurs – par exemple, Visa, Mastercard, SNC et TransUnion. Ces entreprises sont stables et connaissent une croissance plus rapide que les banques. »

Cependant, le principal titre étranger et troisième plus large avoir du fonds est Air Lease Corp., situé à Los Angeles en Californie, une société engagée dans l'achat d'avions commerciaux afin de les louer aux compagnies aériennes. « C’est un des meilleurs bailleurs d’avions de sa catégorie, qui a enregistré un taux de croissance composé de 15 % avec une constance remarquable, pourtant ils se négocient à sept fois leurs bénéfices projetés », a déclaré M. Dimitrov. « C'est une valeur extrême. »

Selon M. Dimitrov, le succès constant de la société dans un secteur très cyclique repose sur la priorité accordée aux nouveaux avions. « C’est important – leur flotte est très jeune, ils ont des baux de sept ou huit ans et à la fin de ces baux, ils vendent et achètent de nouveaux avions », explique-t-il. « Sur les marchés en perte de vitesse, les compagnies aériennes ont tendance à garer leurs avions plus anciens et à faire voler les plus récents – ils sont plus économiques et plus attractifs pour les clients. Les nouveaux avions sont moins sensibles à la pression à la baisse sur les valeurs résiduelles. »

« Les avions sont tous achetés sur des commandes à long délai de livraison, ils bénéficient donc des meilleures remises disponibles, ce qui augmente leurs rendements », ajoute M. Dimitrov. « En plus de cela, ils ont les coûts de financement les plus bas de l'industrie », dit M. Dimitrov. « Enfin, la croissance des actifs à deux chiffres est intégrée à leurs comptes à terme, et 100 % de leurs réservations sont déjà enregistrées. Nous prévoyons donc qu'ils continueront à générer une croissance des bénéfices à deux chiffres. »

Olev Edur est journaliste spécialisé dans le domaine des affaires et de la finance ainsi qu’un fréquent collaborateur de Forum des Fonds.

Remarques et avis de non-responsabilité

© 2019 par Forum des Fonds. Tous droits réservés. La reproduction en tout ou en partie, par tout moyen que ce soit sans une permission écrite au préalable, est interdite.

Des commissions, commissions de suivi, frais de gestion et dépenses peuvent être associés aux fonds communs de placement. Veuillez lire le prospectus simplifié avant d’investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis et ne sont pas assurés par la Société d’assurance-dépôts du Canada ni par tout autre organisme gouvernemental d’assurance-dépôts. Rien ne garantit que le fonds pourra maintenir sa valeur liquidative par part à un montant constant ni que le montant entier de votre placement dans le fonds vous sera remis. Les valeurs des fonds changent fréquemment et leur rendement passé n'est pas garant de leur rendement futur. Aucune garantie de rendement n'est faite ou implicite. Ce qui précède existe uniquement à des fins d’information générale. Ces informations ne visent pas à fournir des conseils personnalisés spécifiques, y compris, mais sans s’y limiter, des conseils en placement, financiers, juridiques, comptables ou fiscaux.